Home » Nouvelles internationales » Amériques » Amérique du Nord » Canada

Pas de reprise pour les jeunes travailleurs et les étudiants au Canada

Par Graham Beverley
6 juillet 2011

Alors que le gouvernement conservateur du Canada et les médias de la grande entreprise répètent que la « reprise économique » est là, les derniers chiffres de Statistique Canada sur le chômage jettent une toute autre lumière sur la situation précaire à laquelle font face les jeunes travailleurs et étudiants.

À 13,9 pour cent, le taux de chômage pour les travailleurs âgés de 15 à 24 ans continuait en mai d’être environ le double de la moyenne nationale. Pour les jeunes de 20 à 24 ans, 15 pour cent des étudiants se retrouvaient au chômage lors du premier mois suivant la fin des cours collégiaux et universitaires.

Un communiqué de presse du gouvernement conservateur a présenté la faible diminution de ces chiffres par rapport à ceux du mois de mai de l’an dernier en termes élogieux. Mais si on prend les chiffres d’août 2007 à titre de comparaison, donc juste avant l’effondrement systématique de l’économie capitaliste qui a balayé la planète, le taux de chômage des jeunes a en fait augmenté de 27,5 pour cent (passant de 10,9 pour cent à 13,9 pour cent), et celui des étudiants a presque doublé (passant de 7,7 pour cent à 15 pour cent).

Les statistiques gouvernementales sur le chômage ne tiennent compte que des jeunes qui sont restés dans la population active (c’est-à-dire qui recherchent activement un travail) et partant, ne racontent donc qu’une partie de l’histoire. Ainsi, la proportion de jeunes dans la population active a diminué, passant de 67,0 pour cent qu’elle était en août 2007, à 64,5 pour cent en mai 2011. Cela même alors que le nombre de jeunes a augmenté de plus de 120 000 durant la même période. Une couche importante de jeunes, découragés par des années de rejet de la part des employeurs, s’est résolue à demander l’aide de leurs parents ou à emprunter de l’argent pour subsister.

En conjonction avec cet exode du marché du travail, la proportion de jeunes fréquentant l’école à temps plein est passée de 58 pour cent en 2009, à 63 pour cent en 2010. Face à des perspectives sombres sur le marché du travail, les jeunes travailleurs se tournent vers l’éducation postsecondaire. La douloureuse contradiction que ces jeunes rencontrent rapidement est que, tout comme leurs possibilités de gagner un revenu se sont taries, le coût de l’éducation postsecondaire a considérablement augmenté.

Les droits de scolarité ont augmenté de 4 pour cent l’année dernière, soit deux fois plus que le taux d’inflation, passant d’une moyenne nationale de 4 942 $ pour l’année universitaire 2009-2010, à 5 138 $ pour l’année 2010-2011. Ce sont les étudiants du système d’éducation postsecondaire ontarien qui ont payé les droits les plus élevés, avec une moyenne de 6 307 $, suivis par ceux du Nouveau-Brunswick, où les droits sont en moyenne de 5 516 $. En 1999, les droits de scolarité étaient en moyenne de 2 591 $, et ils ont presque doublé depuis.

L’écart se creusant entre les revenus des étudiants et le coût de l’éducation a conduit à une explosion de l’endettement étudiant. Entre 1995 et 2005, avant même le début de la récession actuelle, la proportion d’étudiants devant emprunter pour financer leurs études est passée de 49 pour cent à 57 pour cent. Au cours de la même période, la proportion d’étudiants emprunteurs ayant terminé leurs études avec une dette de plus de 25 000 $ est passée de 17 pour cent à 27 pour cent.

La situation apparaîtra encore plus sombre une fois que les chiffres auront été mis à jour pour inclure les années qui ont suivi la crise économique. Par exemple, on sait déjà que le Programme canadien de prêts aux étudiants du gouvernement fédéral comptait 20 000 étudiants à temps plein de plus pour l’année universitaire 2008-2009 par rapport à 2006-2007 (soit une augmentation de près de 6 pour cent).

Actuellement, plus de deux millions de Canadiens ont contracté des prêts étudiants. Lorsqu’on additionne ces prêts qui sont dus au gouvernement fédéral, aux provinces et aux grandes banques, on arrive à un total de plus de 20 milliards de dollars. Le montant des prêts dus au gouvernement fédéral est actuellement de 14 milliards de dollars, croissant en moyenne de 1,2 million de dollars par jour.

Sur ce total, 149,5 millions de dollars sont considérés comme irrécupérables en raison d’une incapacité absolue de l’emprunteur d’effectuer des paiements. Ce nombre, aussi grand soit-il, ne reflète toujours pas cependant le véritable impact de la récession. Selon la loi, les prêts étudiants ne peuvent être comptabilisés dans une faillite personnelle. Ils deviennent donc ainsi « irrécupérables » pendant les sept années suivant la fin des études.

L’augmentation des coûts supportés par les étudiants aux études postsecondaires est un résultat direct des politiques d’austérité menées par les gouvernements libéraux de Chrétien et de Martin pendant les années 1990. Cette tendance s’est accrue depuis sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Entre 1995 et 1997, le gouvernement libéral fédéral a agressivement effectué des compressions dans les paiements de transfert d’Ottawa aux provinces pour l’éducation postsecondaire (ainsi que pour les soins de santé et la lutte à la pauvreté) au nom d’un budget équilibré.

Le plus récent budget présenté par le gouvernement conservateur majoritaire propose des transferts de paiement pour l’éducation postsecondaire qui, si l’on tient compte de l’inflation, sont de 800 millions de dollars inférieurs au niveau de financement de 1992-1993. Tout cela au moment même où les inscriptions dans les universités et les collèges augmentent massivement.

En conséquence, une proportion toujours plus grande des budgets de fonctionnement des universités provient directement des droits facturés aux étudiants. En 1987, les droits de scolarité représentaient 16,7 pour cent des revenus des universités; en 2007, ce chiffre était passé à 34,2 pour cent. Au cours de la même période, la proportion des revenus universitaires provenant du financement gouvernemental est passée de 81,4 pour cent à 57,1 pour cent.

Avec le gouvernement conservateur fédéral et les gouvernements provinciaux de toutes allégeances qui, partout au Canada, s’engagent auprès de l’élite capitaliste de leur circonscription à éliminer les déficits budgétaires en procédant à des réductions massives des dépenses publiques, il est certain que cette tendance exécrable va continuer.

Chassés de la population active, compressés par le coût croissant de l’éducation, écrasés par la dette, les étudiants et les jeunes travailleurs du Canada font l’expérience directe de la réalité de cette reprise économique : la prospérité pour l’élite dirigeante, l’austérité pour la classe ouvrière.

(Article original anglais paru le 29 juin 2011)