Home » Perspectives » Asie » Chine

Le ralentissement économique de la Chine aggrave la crise mondiale

Par Nick Beams
23 août 2012

L’espoir souvent exprimé que la croissance économique prolongée en Chine fournirait une nouvelle base pour l’expansion de l’économie capitaliste mondiale a subi un coup sévère ces dernières semaines où toute une suite de statistiques économiques ont signalé un ralentissement prononcé.

Les chiffres publiés ont une signification mondiale parce qu’ils montrent clairement qu’au moment où s’approche le quatrième anniversaire de l’écroulement de Lehman Brothers, l’effondrement économique qu’il a déclenché est en train de s’aggraver et de s’étendre aux quatre coins du monde.

L’importance de la Chine pour l’économie mondiale est soulignée par le fait que depuis le début de la crise financière mondiale en 2008, elle compte pour plus de 35 pour cent de l’ensemble de la croissance économique mondiale. Durant la même période, les principales économies capitalistes avancées ont stagné, l’économie de la zone euro se contractant elle, en fait de 2 pour cent.

L’un des liens les plus importants de l’économie chinoise avec le reste du monde se fait par l’intermédiaire du commerce et c’est ici que le ralentissement est le plus clairement exprimé. Les derniers chiffres montrent que la croissance des exportations a presque cessé en juillet, ne progressant que d’un pour cent, niveau bien inférieur aux prévisions du marché et à l’augmentation de 11,3 pour cent en juin. Les importations ont enregistré une hausse de 4,7 pour cent seulement et indiquent que la demande domestique n’a pas progressé aussi vite que les autorités gouvernementales l’avaient espéré lorsqu’elles ont adopté en juin une politique monétaire plus souple.

Une ventilation des chiffres des exportations montre que loin d’être une source de stimulation pour le reste du monde, l’économie chinoise est freinée par les tendances à la récession existant dans tous les principaux centres capitalistes. Les exportations de la Chine vers la zone euro ont rétréci de 16 pour cent au cours de l’année passée compte tenu de certaines des plus fortes baisses des principales économies. Les exportations à destination de l’Italie ont par exemple plongé de 36 pour cent.

L’agence de presse officielle chinoise Xinhua a qualifié la situation de « morose. » Selon certaines prévisions l’objectif d’une augmentation de 10 pour cent des exportations de cette année ne sera pas atteint alors que les avertissements se multiplient que 2012 rappelle la période qui a immédiatement suivi la faillite de Lehman Brothers. Les exportations s’étaient alors maintenues pendant quelques mois pour s’effondrer ensuite.

Ceci avait conduit au licenciement de 23 millions de travailleurs chinois auquel le gouvernement a répondu par un important plan de relance, évalué à quelque 500 milliards de dollars, et une directive à l’attention des banques de desserrer le crédit. Mais, ces mesures tout en encourageant l’économie, ont donné lieu à de graves déséquilibres. L’investissement compte actuellement pour environ 50 pour cent du produit intérieur brut de la Chine, et indique à quel point l’économie est devenue tributaire de projets d’infrastructure du gouvernement et du développement immobilier.

Mais, il y a des indications que ces mesures n’ont pas le même impact que dans le passé. Le PIB chinois avait progressé de 7,6 pour cent au second trimestre par rapport à l’année précédente, l’expansion la plus lente depuis plus de trois ans. La croissance de la production industrielle a chuté de 9,5 pour cent à 9,2 pour cent, la croissance des ventes au détail a dégringolé de 13,7 pour cent à 13,1 pour cent. La croissance de l’investissement est restée stable à 20,4 pour cent.

Alors que ces taux de croissance sont élevés par rapport à ceux des économies capitalistes avancées, les marges bénéficiaires étroites dans une grande partie de l’économie chinoise signifient qu’un déclin relativement faible du taux de croissance a un impact significatif. Un rapport publié il y a deux semaines a par exemple montré que durant la première moitié de l’année les profits des producteurs d’acier chinois ont baissé de 96 pour cent par rapport à l’année précédente, et un responsable a qualifié cette industrie de « zone sinistrée. »

Les profits réalisés par les entreprises publiques qui forment encore une part importante de l’économie ont chuté de 11,6 pour cent au cours des premiers six mois de l’année, le pire résultat depuis le début de la crise financière mondiale à la fin de 2008.

Le ralentissement de l’économie chinoise aura un impact majeur sur la politique et l’économie d’un certain nombre de pays. L’un des facteurs clé de la crise économique asiatique de 1997-98 a été un changement sensible de l’orientation économique de nombreux pays de l’Asie du Sud-Est. Au lieu de produire des biens de consommation directement pour les marchés américains et européens, ils ont de plus en plus fabriqué des composants pour des marchandises qui sont finalement assemblées en Chine.

Pour toutes ces économies, le ralentissement du commerce chinois constitue un signe inquiétant. La banque centrale thaïlandaise a publié cette semaine un communiqué avertissant que le ralentissement de la croissance des exportations affecterait l’industrie thaïlandaise qui est un important fournisseur de composants. Un porte-parole de la banque a dit que les « impacts négatifs de la crise de l’euro sur nos partenaires commerciaux » s’accroîtraient durant la seconde moitié de l’année. La banque a déjà révisé à la baisse ses prévisions de PIB.

Les grands exportateurs de matières premières vers la Chine, notamment l’Australie et le Brésil, seront également touchés. Cette semaine, un responsable de l’exportateur de minerai de fer brésilien Vale a déclaré que le ralentissement de la Chine signifiait que « l’âge d’or » était terminé. L’entreprise qui avait expédié au cours du deuxième trimestre de cette année environ 33 pour cent de son concentré de minerai de fer et de boulettes à des producteurs d’acier en Chine a annoncé une baisse de 59 pour cent de ses profits, les prix du minerai de fer ayant chuté à leur plus bas niveau depuis décembre 2009. Vu que l’économie brésilienne a déjà connu un ralentissement substantiel, le gouvernement a annoncé une série de privatisations, et on s’attend à plus dans les semaines à venir.

Le ralentissement chinois aura d’importantes retombées économiques et politiques en Australie. Ce pays est fortement tributaire du marché chinois pour ses exportations de charbon, de minerai de fer et de gaz naturel liquéfié. Il y a déjà eu des signes d’opposition au sein de certaines sections de l’industrie minière et d’autres milieux à l’égard du soutien du gouvernement travailliste au nouvel axe politique américain vis-à-vis de l’Asie et de son hostilité grandissante à l’égard de la Chine. Ces remous au sein des cercles dirigeants sont susceptibles d’augmenter dans des conditions où le ralentissement signifie que le combat pour les marchés d’exportation en Chine va devenir beaucoup plus intense.

Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine pourraient aussi redoubler. Le ralentissement de la croissance des exportations signifie que les autorités chinoises seront beaucoup moins disposées à accepter une réévaluation de leur monnaie, le renminbi. Plus tôt ce mois-ci, le journal d’Etat China Securities Journal avait remarqué qu’une « dépréciation » de la monnaie serait « bénéfique en améliorant les exportations » et qu’il devrait baisser de façon « appropriée ». Mais, toute baisse importante entraînera très certainement une rapide réaction aux Etats-Unis. Ceux-ci s’efforcent de maintenir la valeur du dollar à un niveau bas dans la bagarre pour les marchés d’exportation.

L’intensification des tendances contradictoires au sein de l’économie mondiale dont le ralentissement de la Chine est l’expression et auquel elle contribue à son tour, signifie qu’une exacerbation des tensions politiques accompagnera l’aggravation de la situation économique.

(Article original paru le 16 août 2012)