Home » Nouvelles internationales » Asie » Asie du Sud » Inde

Inde: des dizaines de millions de personnes ont participé à une grève de protestation de 24 heures

Par nos correspndants
5 mars 2012

Au moins une centaine de millions de travailleurs ont participé mardi 28 février à une grève nationale d’une journée en Inde pour soutenir une charte de revendication en dix points et protester contre la politique socio-économique de la coalition gouvernementale de l’Alliance unie pour le Progrès menée par le Parti du Congrès.

Les revendications comprenaient: une action pour contenir la hausse des prix, un arrêt de la privatisation ; la fin de la complicité entre le gouvernement et les employeurs et la violation systématique du droit du travail ; une égalité de salaire et des droits pour le grand nombre de travailleurs précaires dans le secteur industriel et public ; et la prestation d’allocations sociales pour tous les travailleurs indiens qui triment dans le soi-disant secteur non organisé dans des conditions de travail semblables à celles d’ateliers de misère.

La grève fut appelée par les onze centrales syndicales reconnues par le gouvernement dont celles affiliées aux deux partis parlementaires staliniens – le Parti communiste de l’Inde (CPI) et le Parti communiste d’Inde (marxiste) (CPI-M) – et les ailes syndicales respectives du Parti du Congrès et de l’Opposition officielle, le Parti suprématiste hindou Bharatiya Janata Party ou BJV.

L’impact de la grève a varié grandement selon les Etats et les industries.

Elle a paralysé les activités des banques et des sociétés d’assurance du secteur public, des services postaux, de la plus grande partie du système du transport public et des ports publics partout en Inde. La plus grande partie de l’industrie du charbon fut fermée et il y eut des débrayages dans de nombreuses usines de production, dont celles de la ceinture industrielle de Gurgaon-Manesar où les travailleurs de l’usine d’assemblage de Maruti-Suziki avaient organisé l’année dernière une série de grèves combatives et des occupations d’usine.

Le réseau ferroviaire national et le trafic aérien par contre furent à peine touchés.

Dans l’Etat de Kerala, au Sud-Ouest, la vie courante fut paralysée, les bus ne roulaient pas et les magasins étaient fermés, les travailleurs ayant ignoré l’ordre du gouvernement de Front uni démocratique mené par le Parti du Congrès de réduire les salaires des fonctionnaires participant à la grève.

La grève a eu un impact majeur à Mumbai, la capitale financière de l’Inde, et plus généralement dans l’Etat indien du Maharashtra à l’Ouest où elle est située. Le débrayage des employés des banques publiques et de la Banque de Réserve indienne, la banque centrale du pays, a sérieusement perturbé les opérations des banques privées non syndiquées.

Le gouvernement AIADMK de l’Etat indien du Tamoul Nadou dans le Sud a pris des mesures provocatrices pour briser la grève, notamment dans le secteur du transport. Un salaire doublé était offert aux chauffeurs et aux conducteurs des autobus publics s’ils travaillaient mardi. Néanmoins, la grève eut un impact significatif vu que de nombreux employés du secteur public, dont des banques et des télécommunications, se joignirent à la grève. Dans les centres de l’industrie textile de Tripur et de Coimbatore, des dizaines de milliers de travailleurs ont fait grève.

Au Bengale occidental, le gouvernement droitier du Parti du congrès Trinamool a entrepris des efforts soutenus pour briser la grève en mobilisant des escadrons de policiers et de fiers à bras pour harceler et intimider les partisans de la grève. Avant la grève, le gouvernement avait issu une circulaire pour annoncer que les employés du gouvernement d’Etat qui ne se rendraient pas à leur travail mardi seraient coupables de « manquement à leurs obligations », une mesure de représailles signifiant la perte de toutes leurs prestations accumulées de retraite.

Face à cette menace, la plupart des employés sont allés travailler et à Calcutta, la capitale de l’Etat et la troisième ville la plus peuplée, les autobus et les métros publics ont fonctionné normalement. Mais sinon la grève fut massivement soutenue. Les travailleurs de l’industrie minière, de la production d’énergie, du bâtiment et de nombreuses autres industries ont cessé le travail. Environ 90 pour cent des travailleurs des plantations de thé ont fait grève. La plupart des bureaux du gouvernement central, principalement des banques, des assurances, de la poste et du téléphone sont restés fermés.

Si les transports publics ont fonctionné, la plupart des autobus privés et des ‘rickshaw’ (trois roues) et autres taxis s’étaient eux, joints à la grève – malgré la menace émise par le ministre des Transport d’Etat, Madan Mitra, que les opérateurs privés d’autobus qui refusaient de transporter des passagers mardi ne seraient pas autorisés à assurer le transport la semaine suivante.

Dans le cadre de ses mesures antigrève, le gouvernement a déployé 15.000 policiers supplémentaires rien qu’à Calcutta. Plus de 2.000 grévistes furent arrêtés dans l’ensemble de l’Etat.

La chef du gouvernement, Mamata Banerjee, a ordonné à tous les services gouvernementaux de soumettre les noms de ceux qui ne s’étaient pas présentés au travail mardi. Selon des rapports de presse, elle doit encore décider de mettre à exécution ou non la menace de priver les partisans de la grève de leurs prestations de retraite. De telles représailles draconiennes et vindicatives entraîneraient très certainement de vastes revendications de la part des travailleurs en faveur d’un mouvement de grève immédiat.

A Bangalore, un centre de technologie de l’informatique au Karnataka dirigé par le BJP, les travailleurs de la plupart des bureaux gouvernementaux et des banques, ainsi que les chauffeurs de rickshaw s’étaient joints à la grève. Les magasins et les écoles étaient fermés. Alors que l’industrie informatique a normalement fonctionné, le recours du gouvernement à des bus supplémentaires n’a pas empêché la grève d’avoir un très grand impact. Au Karnataka, comme dans de nombreuses autres parties en Inde, un élément important de l’impact de la grève fut l’importante participation des travailleurs du « secteur non organisé » - dont les chauffeurs de trois roues, les travailleurs du bâtiment, les salariés des entrepôts et les anganwadi (les travailleurs de santé communautaires).

La grève de protestation de mardi et la récente vague de grèves dures dans le nouveau secteur manufacturier mondialement intégré de l’Inde – y compris dans les usines appartenant à Foxconn, BYD Electronics, Hyundai, et les fabricants de pièces pour Ford, GM et d’autres multinationales de l’automobile – témoignent de la colère et de la combativité grandissantes de la classe ouvrière.

L’élite indienne et le gouvernement Obama parle en permanence avec exultation de la « montée » de l’Inde mais l’expansion du capitalisme indien au cours des deux dernières décennies s’est faite au moyen de l’exploitation impitoyable de la classe ouvrière et dans le contexte d’une crise agricole directement imputable au programme patronal de libre marché.

De plus, l’élite indienne, tout comme ses homologues de par le monde, a réagi à la crise mondiale, en exigeant d’intensifier l’assaut contre les travailleurs. Elle demande que l’UPA menée par le Parti du Congrès réduise drastiquement les dépenses sociales, supprime les subventions accordées aux prix et élimine les restrictions au licenciement et à la fermeture d’usine. « Il est temps que le gouvernement UPA surmonte son ambivalence et …introduise des réformes du travail attendues de longue date, » a tonitrué le New Indian Express.

Cependant, alors que la grève de mardi a été la preuve d’une combativité montante des travailleurs, les syndicats qui l’ont appelée n’ont rien fait pour engager la classe ouvrière à défier le gouvernement UPA et le programme de la bourgeoisie de faire de l’Inde un paradis de la production bon marché pour le capitalisme mondial, ils ont plutôt oeuvré pour contenir et politiquement réprimer la classe ouvrière.

La direction de la grève était en grande partie entre les mains du CPI et du CPM voire de leurs fédérations syndicales respectives le All India Trades Union Congress (AITUC) et le Centre of Indian Trade Unions (CITU). Au cours de ces deux dernières décennies, les staliniens ont appelé à au moins 14 grèves générales d’un jour en guise de couverture politique pour dissimuler le rôle dirigeant qu’ils ont joué en imposant le programme du patronat indien. Les staliniens ont à maintes reprises étayé le gouvernement central, dont depuis quatre ans l’actuel gouvernement UPA et, dans les Etats où ils étaient au pouvoir, ils ont ouvertement poursuivi une politique pro-investisseur.

Les staliniens ont salué la décision des syndicats du Congrès et du BJP de se joindre à la grève du 28 février comme « historique ». Le secrétaire général de l’AITUC, Gurudas Dasgupta, a loué G. Sanjiva Reddy, le président de l’INTUC (Indian National Trade Unions Congress) affilié au Congrès, et un membre du Congrès, car il était le « combattant le plus conséquent de notre lutte commune. »

La collaboration des staliniens avec les syndicats du Congrès et du BJP est clairement la première étape d’une nouvelle série d’alliances politiques réactionnaires entre le Front de Gauche dirigé par les staliniens et les partis du patronat indien.

Les corresponsants du World Socialist Web Site ont parlé mardi à plusieurs travailleurs en grève à Chennai.

Sekar, un postier, a dit, « Depuis de nombreuses années il n’y a pas de recrutements à la poste. En conséquence, la charge de travail est énorme. Il y a encore des dizaines de milliers d’employés intérimaires qui n’ont toujours pas été titularisés au bout de nombreuses années. »

Sridhar, un travailleur du télégraphe a dit au WSWS: « Plus de la moitié des travailleurs ont participé à la grève. Mais près de 40 pour cent ne l’ont pas fait parce qu’ils craignaient de perdre l’équivalent de 1.000 Roupies [US $20] en vertu de la menace du gouvernement, ‘Pas de travail Pas de salaire’. Les correspondants du WSWS ont indiqué qu’il pouvait y avoir d’autres raisons pour lesquelles des sections de travailleurs ont choisi de ne pas participer à la grève, y compris le fait que les principaux syndicats qui avaient lancé l’appel à la grève sont affiliés à des partis politiques qui ont eux-mêmes été décisifs dans l’application des réformes de libre marché. En approuvant ce commentaire, Sridhar a dit, « Tous ces partis politiques appliquent une politique anti-ouvrière à laquelle ils prétendent s’opposer quand ils sont dans l’opposition. C’est une tromperie. »

 

(Article original paru le 2 mars 2012)

Voir aussi:

Les travailleurs indiens doivent adopter une stratégie socialiste pour s’opposer à l’offensive patronale dirigée par l’UPA [28 février 2012]