Home » Nouvelles internationales » Amérique du Nord » Etats-Unis

Le candidat du SEP à la mairie présente le programme socialiste au forum électoral de Detroit

Par Thomas Gaist
22 mai 2013

Collier n'avait initialement pas été invité à participer au forum, bien qu'il soit sur la liste des candidats. Ce n'est qu'après que le SEP a fait pression, exigeant le droit pour Collier de s'exprimer au forum que les organisateurs ont consenti à le laisser participer.

Près de 200 personnes étaient présentes, parmi lesquelles des sympathisants de chaque candidat ainsi que des travailleurs, des jeunes et des retraités du quartier. Ils venaient des quartiers de Grandmont-Rosedale. Chaque candidat avait droit à une déclaration liminaire de trois minutes, deux minutes pour répondre à cinq questions posées par les modérateurs et deux minutes pour clore leur intervention.

Le forum au nord-ouest de Detroit

La première question demandait ce que ferait le candidat, s'il était élu, par rapport à l'administrateur d'urgence. Collier a déclaré que la nomination de Kevin Orr revenait à imposer une dictature sur la ville de Detroit, contre la volonté de la classe ouvrière et qui avait pour but de « tourner en arrière l'horloge économique de l'histoire, vers le 19e siècle. » Contre la dictature financière, Collier a déclaré, « Le SEP cherche à mobiliser tous les travailleurs, blancs, noirs, immigrés, dans une lutte pour défendre leurs propres intérêts : le droit à l'emploi, au logement, aux services de l'eau du gaz et de l'électricité, à l'éducation, à la santé et à la retraite. »

Collier répond à une question

Collier a aussi rejeté l'idée de travailler avec le Conseil municipal. A la place, Collier a proposé de remplacer le Conseil municipal par un Conseil des travailleurs « qui comprendrait des travailleurs, des chômeurs, des étudiants et des mères célibataires. »

Tous les autres candidats ont cherché à promouvoir l'idée fausse qu'il est possible de s'opposer à l'administrateur d'urgence pro-patronat dans le cadre de l'establishment actuel ou des tribunaux. La proposition de Durhal consistait à intenter un procès auprès du tribunal fédéral jusqu'à ce que la nomination de l'administrateur d'urgence soit déclarée illégale. Mike Duggan a dit qu'il était possible de se débarrasser de l'administrateur d'urgence si les représentants de la ville faisaient les coupes requises dans les programmes sociaux pour éliminer le déficit. Il a suggéré que, du fait de son expérience au Centre médical de Detroit, où il avait réduit de façon drastique les emplois et les prestations des personnels médicaux, il ferait un excellent maire « de gestion de crise », rendant l'administrateur d'urgence pléthorique.

A la question de savoir si la faillite est une option viable pour Detroit, Collier a fait remarquer qu'une taxe de simplement 10 pour cent de la richesse des 12 milliardaires du Michigan, chiffre qui est passé de 8 à 12 depuis 2008, suffirait à couvrir le déficit de la ville et financerait un vaste programme de travaux publics. Collier a déclaré qu'il était absurde de prétendre que la ville est confrontée à une faillite inévitable étant donné les profits massifs engrangés à partir du « sang et de la sueur » des travailleurs, chaque année, par l'industrie automobile.

Tous les candidats, excepté Collier, ont mis en avant un programme sécuritaire. Collier a fait remarquer que la criminalité est un problème social, lié à l'immense pauvreté de la ville. Mais « il y a de petits larcins et il y a des crimes sociaux, » a-t-il dit, «tels que fermer des usines et couper l'eau et l'électricité des gens. » Collier a déclaré qu'il demanderait des poursuites judiciaires et la prison pour les délinquants financiers responsables de la crise économique. A l'opposé, Obama les a renfloués et ils se portent mieux que jamais.

Napoleon et Howze se sont distingués par leurs plans des plus élaborés en vue d'une intensification de la répression policière à Detroit. Les arguments de Napoleon se concentrent presque exclusivement sur un projet visant à saturer la ville de policiers, avec un policier pour chaque mètre carré de la ville et davantage de zones pour les surveiller. Le projet de Howze est plus tri-dimensionnel; Elle a demandé qu'il y ait « des yeux dans le ciel » et des « engins de surveillance » au-dessus de Detroit. Plutôt que davantage de policiers, Howze laisse entendre que la police de Detroit a besoin de drones.

Vers la fin du forum, Collier a soulevé la question des fermetures d'établissements scolaires, déclarant la nécessité de défendre et d'étendre l'enseignement public. Il a soulevé le lien entre la destruction de l'enseignement public et la volonté de la classe dirigeante de miner les droits démocratiques fondamentaux protégés par le Bill of Rights. Collier a ensuite comparé la situation de Detroit avec celle de la Grèce et indiqué le déploiement des forces de police militarisées suite aux attentats de Boston comme étant une indication des projets des élites dirigeantes sur la manière dont elles comptent gérer toute résistance à leur programme de guerre et d'austérité. Aucun autre candidat n'a soulevé ces questions, ni d'ailleurs aucune question de portée nationale ou internationale plus large.

Dans ses remarques de conclusion, Collier a fait remarquer que sa perspective était totalement unique comparée à celles avancées par tous les autres candidats, une remarque qui a suscité quelques murmures d'approbation dans le public. Le fondement de la campagne du Socialist Equality Party, a-t-il dit, est de « dire la vérité à la classe ouvrière. » Il a dit que les syndicats tels UAW et AFSCME avaient trahi la classe ouvrière et avaient subordonné les travailleurs au Parti démocrate et au système capitaliste, dans une situation où Obama mène des guerres criminelles, foule aux pieds les droits constitutionnels et supervise la destruction de plus de 300 000 emplois d'enseignants.

Le SEP, a-t-il dit, appelle à un gouvernement de la classe ouvrière, par et pour la classe ouvrière, une vaste redistribution de la richesse et la réorganisation socialiste de la vie économique. Il a appelé les travailleurs et les jeunes à soutenir et rejoindre sa campagne car c'est l'unique campagne qui défende la classe ouvrière.

Collier avec Sophia, Olivia et Corinne

Olivia qui est scolarisée à la maison avec les cours dispensés par sa mère a parlé avec Collier après la réunion. Elle a dit, « C'était intéressant de voir le contraste entre vous et les autres candidats. Vous avez expliqué les raisons qui font que nous en sommes arrivés là. » Faisant référence aux contradictions sociales qui avaient conduit à la Guerre civile américaine, elle a dit, « On dirait que cette histoire est parallèle à ce que nous voyons se produire aujourd'hui. »

« Cela remonte à l'époque où on a construit des voitures pour la première fois. L'idée, alors, était d'avoir un salaire qui vous permette d'acheter une voiture. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. »

Evan Bitzarakis

Evan Bitzarakis, 32 ans, travaille à l'université de Wayne State dans le Michigan et a vécu à Detroit toute sa vie. Il s'est entretenu avec le WSWS après le forum. « Je suis content d'avoir entendu la présentation de DC. Il a fait toute une série de remarques excellentes. Les grands médias n'autorisent que des points de vue étroits. Il n'y a quasiment personne à la gauche des Démocrates. »

Mon père est originaire de Grèce et j'ai bien aimé le fait que D'Artagnan fasse des comparaisons entre la situation en Grèce et la situation à Detroit. Les grandes entreprises vont de pays en pays. Elles veulent niveler par le bas. Les Etats se font concurrence pour les emplois en diminuant les salaires et les normes de sécurité. Ce qu'elles veulent c'est créer des conditions comme celles qui existaient dans l'usine qui s'est effondrée au Bangladesh. »

(Article original paru le 18 mai 2013)