Home » Perspectives

Une évaluation de la Conférence internationale en ligne de la journée des travailleurs

Par David North
10 mai 2014

La Conférence internationale en ligne pour célébrer le Premier Mai qui eut lieu dimanche 4 mai et qui a été organisé par le Comité international de la Quatrième Internationale, a été un événement politique majeur et une étape importante qui annonce la résurgence du socialisme comme force de premier plan au sein de la classe ouvrière mondiale.

Objectivement, ce rassemblement fut impressionnant et une réussite organisationnelle, technologique, et surtout, politique, substantielle. Avant même son ouverture, près de 2000 personnes s'étaient inscrites pour y participer. L'audience qui a suivi ce rassemblement en ligne venait de plus 90 pays. Il y a eu une participation importante venant du Canada, des États-Unis (où les auditeurs venaient de 48 des 50 États), d'Amérique latine (en particulier du Brésil), de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale, d'Afrique du Sud, d'Inde et du Sri Lanka, d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

Le CIQI était heureux de voir que des auditeurs venaient à la fois de Russie et d'Ukraine. Des auditeurs se sont inscrits depuis la Chine, la Corée du Sud, le Japon et les Philippines. Un grand nombre de personnes s'est également inscrit depuis le Moyen-Orient et l'Asie centrale. Le fait qu'une bonne partie des participants vive dans des pays où le Comité international n'a eu jusqu'ici aucune organisation politique active témoigne de l'intérêt mondial pour le World Socialist Web Site, le principal média par lequel ce rassemblement avait été annoncé.

Dix conférenciers – représentants les sections étasunienne, britannique, allemande, sri lankaise et australienne – ont pris la parole. Leurs discours ont couvert un large spectre de questions politiques, dont la crise en Ukraine, le risque croissant d'une Troisième Guerre mondiale, la crise économique mondiale, la montée des niveaux extrêmes d'inégalité sociale et l'assaut contre les droits démocratiques.

Tous les conférenciers ont appuyé leurs remarques sur une analyse marxiste du système capitaliste et sur la vaste expérience politique du mouvement trotskyste international. Ils ont parlé sans équivoque ni détours, en tant que partisans de la Quatrième Internationale. (Le texte et l'enregistrement audio de chaque intervention ont été publiés en anglais sur le World Socialist Web Site cette semaine.)

Les discours ont clairement eu un impact majeur sur l'auditoire mondial. Tout au long du rassemblement, qui a duré environ deux heures et demie, les commentaires ont afflué de la part des auditeurs – plus de 700 en tout. Tout au long de la journée, le World Socialist Web Site a été visité par plus de 50 000 lecteurs, ce qui est substantiellement plus élevé que le lectorat du WSWS les dimanches en général.

Le Comité international de la Quatrième Internationale, ses membres et ses partisans du monde entier reconnaissent le succès de cet événement. Cependant, il ne sert à rien de se féliciter. En tant que marxistes, nous approchons les développements politiques, dont ceux dans lesquels nous jouons un rôle direct, objectivement. C'est-à-dire que nous cherchons à comprendre les raisons principales, au-delà des efforts immédiats des cadres du mouvement, qui ont créé cette réponse exceptionnelle à ce rassemblement. Dans le déroulement même de l'événement, l'ampleur de l'audience et sa réaction ont clairement montré qu'il marquait un développement qualitativement important dans la réorientation vers la gauche des sections les plus avancées des travailleurs et des jeunes.

Le facteur le plus décisif dans cette évolution est la crise objective du capitalisme. La détérioration des conditions sociales de la classe ouvrière est un processus lent qui s'étend sur plusieurs décennies. Le désastre de 2008 a porté un solide coup aux illusions dans le capitalisme et le niveau obscène de l'inégalité sociale a provoqué une indignation mondiale. La série interminable de guerres et la croissance sans relâche des politiques autoritaires ont sévèrement sapé la crédibilité de la «démocratie» capitaliste. De plus, le risque croissant d'une conflagration nucléaire mondiale, dont on voit un exemple dans la crise en Ukraine, génère une profonde anxiété parmi les masses populaires.

Plus de 20 ans ont passé depuis la dissolution de l'URSS et des régimes staliniens en Europe de l'Est. Depuis, les conséquences catastrophiques de la restauration capitaliste pour les masses de toute l'ex-URSS et d'Europe de l'Est ont dissipé les illusions sur le «miracle» du marché. Et en Chine, en dépit de la forte croissance économique qui a suivi le massacre de la place Tiananmen en juin 1989, la classe ouvrière est profondément mécontente des conséquences sociales de cette croissance.

La désorientation politique internationale produite par les trahisons et l'effondrement abjecte non seulement des régimes staliniens, mais aussi des vieilles organisations travaillistes et syndicales opportunistes, ouvre la voie à un nouvel état d'esprit politique dans la classe ouvrière et, en particulier dans la jeunesse. Le développement d'un sentiment d'opposition sociale au capitalisme a trouvé son expression dans la réponse à ce rassemblement.

Cela dit, nous ne cherchons pas à exagérer l'ampleur de la participation. Il n'y avait pas des dizaines de milliers d'auditeurs, sans parler de millions. Mais la participation était importante et elle représente et anticipe immanquablement un changement substantiel dans l'orientation politique de la classe ouvrière.

Nous touchons ici à un autre facteur essentiel, et décisif du point de vue politique, dans le succès de ce rassemblement. Les processus objectifs jouent un rôle puissant dans l'histoire. Mais ce rassemblement ne s'est pas produit automatiquement. Il a été préparé et organisé par le Comité international de la Quatrième Internationale. Une grande partie de l'audience était constituée de gens du monde entier dont la conscience politique a été profondément influencée par le World Socialist Web Site qui, durant les 16 années passées a travaillé sans relâche pour reforger une culture marxiste révolutionnaire au sein de la classe ouvrière.

Le WSWS s'appuie lui-même sur l'ensemble de l'histoire de la lutte menée par la Quatrième Internationale, dirigée par le Comité international, pour défendre le programme trotskyste de la révolution permanente contre l'opportunisme nationaliste du stalinisme, de la sociale-démocratie et des innombrables variétés de radicalisme petit-bourgeois.

La longue lutte pour ces principes, qui s'étale sur des décennies, croise maintenant le processus de radicalisation politique des masses. Le développement de la révolution socialiste émerge de l'interaction du mouvement objectif de la classe ouvrière, alimenté par la crise insoluble du capitalisme, et par l'intervention subjective consciente du Comité international dans le maelström historique qui se développe.

À la conclusion du rassemblement, camarade Joseph Kishore, secrétaire national du Socialist Equality Party américain, a dit que Trotsky aurait été fier de ce rassemblement. Oui, il l'aurait certainement été. Et il aurait également analysé les nouveaux défis qui surgissent de ce succès.

Le rassemblement international du 4 mai 2014 fait maintenant partie de l'histoire. Partant de cette réussite, le Comité international de la Quatrième Internationale va continuer le travail politique en développant la lutte pour le socialisme dans de nouvelles sections de la classe ouvrière et des jeunes du monde entier.

(Article original paru le 6 mai 2014)

Tous nos lecteurs sont invités à assister à la réunion de campagne électorale du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) pour les élections européennes qui se tiendra à Paris le dimanche 11 mai. Pour plus de précisions, cliquez ici.