Home » Nouvelles internationales » Europe de l'Ouest

Votez SEP et PSG aux élections européennes !

Par Ulrich Rippert
23 mai 2014

Les élections du Parlement européen, qui démarrent aujourd’hui au Royaume-Uni et aux Pays-Bas et qui finissent dimanche, donnent aux travailleurs la possibilité d’envoyer, avec leur bulletin de vote, un signal politique.

Nous appelons tous nos lecteurs à voter pour les candidats du Socialist Equality Party au Royaume-Uni et du Partei für Soziale Gleichheit en Allemagne. Votez contre la guerre, le militarisme et l’exploitation capitaliste ! Utilisez votre vote pour signifier votre soutien à une perspective socialiste et à la construction d’un nouveau parti au sein de la classe ouvrière.

Nous sommes des adversaires implacables de l’Union européenne qui n’incarne pas l’unité de l’Europe mais la dictature des plus puissants groupes et banques en Europe. Le bilan de l’UE est catastrophique. L'UE est responsable de l’austérité, des coupes dans les services sociaux, de l’espionnage de masse et de l’enrichissement d’une petite minorité aux dépens de la vaste majorité. La toute récente révélation du classement des riches paru dans le Sunday Times montre que les mille résidents les plus riches du Royaume-Uni ont doublé leur fortune depuis la crise financière de 2008 et ont actuellement à leur actif un total de 519 milliards de livres Sterling. Cela est représentatif de l’Europe en général.

Alors que les partis de l’establishment serrent les rangs et virent de concert toujours plus à droite, une tempête sociale est en train de couver à l’horizon. Nous nous préparons à cette tempête en lui donnant une orientation politique.

Nous rejetons le faux choix entre soit un soutien à l’EU soit un renforcement de l’Etat-nation. Nous luttons pour l’unification de l’Europe par le bas, pour l’unité de la classe ouvrière européenne par de-là les frontières. Ceci n’est possible que sur la base d’un programme socialiste contre le patronat et les intérêts financiers qui déterminent ce qui se passe en Europe.

« Seule la création de gouvernements ouvriers dans chaque pays et l'unification de l'Europe sur une base socialiste peut empêcher la rechute du continent dans le nationalisme et la guerre, et créer les conditions pour que ses importantes ressources et forces productives soient utilisées et développées au bénéfice de la société dans son ensemble, » peut-on lire dans le manifeste électoral commun du PSG et du SEP.

Les médias déploient beaucoup d’efforts pour dépeindre les élections comme un modèle de démocratie. C’est un leurre. La vaste majorité de la population est soit indifférente soit hostile à l’Union européenne et à son parlement. L’on s’attend à ce que 60 pour cent de l’électorat vote avec ses pieds en boudant les urnes.

Selon les sondages, 30 pour cent au moins des suffrages exprimés le seront pour des partis opposés à l’UE. Il s’agit principalement de partis de droite, xénophobes ou ouvertement fascistes. Certains d’entre eux, tels le Front National en France, l’UKIP au Royaume-Uni ou le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders aux Pays-Bas,– pourraient même arriver en tête dans leur pays respectif.

La responsabilité de l’influence croissante de telles forces de droite incombe entièrement aux sociaux-démocrates, aux syndicats et aux partis de pseudo-gauche qui leur procurent une couverture politique.

La social-démocratie joue le rôle principal pour imposer, à l’encontre de toute opposition, la politique d’austérité et de guerre de l’UE. La politique inaugurée par Tony Blair en Grande-Bretagne et par Gerhard Schröder en Allemagne est actuellement poursuivie jusqu’au bout par Matteo Renzi en Italie et François Hollande en France. Les sociaux-démocrates préparent ainsi la voie aux démagogues de droite en leur permettant de se présenter en adversaires de l’austérité.

La Gauche européenne fait tout son possible pour réprimer l’opposition à l’austérité. En paroles, elle critique cette politique d'austérité tout en la soutenant en pratique et en l’appliquant une fois arrivée au pouvoir. Le candidat tête de file de la Gauche européenne, Alexis Tsipras, n’a eu de cesse de souligner qu’il défend l’UE et qu’il garantira le remboursement de la dette grecque.

A présent, les sociaux-démocrates et la Gauche européenne recourent à la menace de la droite comme argument pour promouvoir leurs propres chances dans les élections européennes. C'est non seulement cynique mais aussi foncièrement malhonnête. Ils ne reculeront pas devant une collaboration avec l’extrême droite quand la résistance à leur politique s'intensifiera. La nouvelle série d’attaques sociales qu’ils projettent d’imposer ne peut pas être mise en place par des méthodes démocratiques.

Ils l’ont déjà démontré en Ukraine où ils ont directement compté sur les fascistes de Svoboda et de Secteur droit pour organiser un coup d’Etat et installer au pouvoir un régime droitier pro UE.

La crise en Ukraine montre clairement que les Etats-Unis et l’Allemagne ne reculent même pas devant le danger d’une troisième guerre mondiale. Ils ont délibérément attisé un conflit avec la Russie et qui risque d’entraîner une catastrophe nucléaire.

La raison pour cette relance du militarisme est la crise sans issue du capitalisme mondial et de l’Union européenne. Elle vise à fournir aux banques et au patronat les marchés, les matières premières et une main-d’œuvre bon marché, en détournant l’attention des tensions sociales extrêmes qui règnent en Europe et en soudant ensemble l’UE sur la base d’une politique étrangère agressive.

Seul un vaste mouvement de la classe ouvrière internationale peut arrêter la descente vers la guerre et le fascisme. Nous appelons donc les électeurs à transformer les élections européennes en un plébiscite contre les fauteurs de guerre et leurs complices au sein des médias.

En Grande-Bretagne et en Allemagne, nous lançons un appel aux électeurs : Votez pour les candidats du SEP et du PSG ! Dans l’Europe entière, y compris en Ukraine et en Russie, nous nous adressons aux travailleurs et aux jeunes : Adhérez à notre parti ! Construisez le Comité international de la Quatrième Internationale.

Pour de plus amples renseignements sur la campagne électorale, visitez le site web du SEP (UK) election web site (anglais) et du PSG election web site (allemand).

(Article original paru le 22 mai 2014)