Home » Nouvelles internationales » Amériques » Amérique du Nord » Canada

De la grève étudiante à un régime d'austérité et de chauvinisme: une analyse marxiste

Par Richard Dufour
31 mars 2014

Ce qui suit est le texte d'une conférence prononcée à une assemblée publique du Parti de l'égalité socialiste (Canada) qui s'est tenue à Montréal le 20 mars dernier.

Un observateur de la scène politique au Québec ne peut s’empêcher de noter la différence entre le climat politique actuel et celui qui régnait il y a moins de 2 ans.

Les élections de l’automne 2012 furent précédées d’une vaste mobilisation populaire, déclenchée par une courageuse grève étudiante de six mois, qui représentait objectivement un défi au programme d’austérité capitaliste et s’est attiré pour cette raison les foudres de l’appareil étatique, juridique et médiatique de l’élite dirigeante.

Les élections du printemps 2014 sont dominées par la réaction. Les partis de l’establishment rivalisent à qui atteindra le plus vite l’équilibre budgétaire, sans dire que cela se fera en sacrifiant les services publics sur l’autel du profit. Ils courtisent tous le vote francophone par des appels nationalistes dirigés contre les minorités religieuses et visant à détourner l’attention de la véritable cause du chômage et de la pauvreté de masse, à savoir: la faillite historique du système capitaliste.

La charte de la laïcité du PQ (ou projet de loi 60) en est un exemple frappant, avec ses mesures qui briment la liberté de religion, violent le droit des minorités religieuses à l'emploi, attisent les tensions inter-ethniques, et encouragent les sentiments et gestes xénophobes à l'endroit des femmes musulmanes.

Le contraste entre le sombre hiver de réaction sociale et le printemps québécois qui ravivait tous les espoirs il y a deux ans à peine, n’est pas une source de pessimisme.

Premièrement, les conditions objectives ayant nourri le soulèvement de la jeunesse en 2012 sont plus présentes que jamais: partout au Canada et dans le monde, l’élite dirigeante mène une offensive anti-ouvrière avec une férocité accrue.

Deuxièmement, dans la mesure où les travailleurs et les jeunes tirent les leçons de la défaite de la grève étudiante de 2012, ils seront politiquement armés pour faire face aux grandes luttes sociales qui sont à l’ordre du jour, peu importe la composition exacte du prochain gouvernement.

La conférence de ce soir va se concentrer sur ces deux questions.

Bilan du gouvernement Marois

Commençons par tracer un bilan sommaire des 18 mois du gouvernement péquiste de Pauline Marois.

En novembre 2012, le PQ nouvellement au pouvoir déposait un premier budget qui imposait les plus importantes compressions budgétaires depuis 15 ans, tout en répudiant sa promesse électorale d’éliminer une taxe santé régressive et de geler partiellement les tarifs d’électricité.

En février 2013, le gouvernement péquiste abolissait une allocation spéciale de 129$ destinée à certains prestataires de l'aide sociale afin de forcer les plus démunis à accepter des emplois précaires et sous-payés afin de tirer vers le bas le niveau de vie de tous les travailleurs.

Un mois plus tard en mars, lors d’un sommet bidon sur l’éducation supérieure, le PQ annonçait que les frais de scolarité universitaires augmenteront désormais d’au moins 3 pour cent par année, tandis que Marois affichait son hostilité à la grève étudiante en qualifiant les événements du printemps 2012 de période de «division» qui avait «terni notre image».

En avril, Marois prenait la défense de la police montréalaise dans ses multiples interventions musclées pour disperser des manifestations anti-gouvernementales au nom du règlement municipal P-6, qui a été adopté dans la foulée de l'infâme projet de loi 78 du gouvernement libéral précédent de Jean Charest.

En juillet, le PQ adoptait une loi spéciale pour briser une grève des 77.000 travailleurs de la construction dans le secteur industriel, et imposer une augmentation salariale de 2 pour cent qui représentait, en tenant compte de l’inflation, une baisse du salaire réel.

Pour clore l'année 2013, la ministre du Travail, Agnès Maltais, présentait en décembre aux municipalités un «plan d’action» sur les régimes publics de pension comprenant une série de propositions de droite, y compris: une augmentation des cotisations des employés; la hausse de l'âge de retraite; la fin des prestations de retraite à montant déterminé; et une série d'autres mesures de réduction des pensions.

Pour ouvrir la nouvelle année et en préparation des élections, Marois déposait en février 2014 un deuxième budget qui engageait son gouvernement à des années de coupes dans les dépenses sociales et imposait une forte hausse des tarifs d’électricité et de garderie, tout en maintenant à son niveau le plus bas l’impôt sur la grande entreprise, les riches et les super-riches.

Au début de ce mois, finalement, le PQ choisissait comme candidat dans le comté de St-Jérôme nul autre que le milliardaire Pierre-Karl Péladeau. Un représentant des sections les plus voraces de la classe dirigeante, Péladeau utilise depuis des années son empire médiatique pour faire la promotion des mesures les plus réactionnaires. Ses journaux, comme le Journal de Montréal, exigent continuellement moins d’impôt pour les riches et la privatisation des services publics, sur un ton populiste de droite qui encourage les préjugés anti-immigrants. Sa nomination comme candidat-vedette, et dauphin présumé de Marois dans un scénario à la Berlusconi, est un signal clair à la grande bourgeoisie que le PQ est résolu à intensifier son assaut sur les travailleurs.

Montée des inégalités sociales

Toutes ces mesures de droite, qui ont marqué l’année et demie de gouvernement péquiste minoritaire, prennent place dans un contexte de profond marasme économique.

Au cours de la période de douze mois qui a pris fin en janvier 2014, seulement 10.000 nouveaux emplois, tous à temps partiel, ont été créés au Québec, laissant la province avec un taux de chômage officiel de 7,5 pour cent.

Plus de cinq ans après le krach de Wall Street en septembre 2008, l'économie mondiale reste empêtrée dans la plus profonde récession depuis la Grande Dépression des années 1930, qui représente en fait un véritable effondrement.

La montée en flèche des actions en bourse, des profits des compagnies et des salaires des PDG est le résultat du plus vaste transfert de richesses de l'histoire. Des centaines et des centaines de milliards de dollars ont été transférés du trésor public vers les grandes banques et sociétés financières, celles-là mêmes qui ont entraîné l'économie mondiale au bord du précipice par leurs spéculations criminelles.

L'élite dirigeante veut maintenant faire payer les travailleurs par la destruction des emplois et le démantèlement de ce qui reste des programmes sociaux. La pauvreté et le chômage de masse s'installent partout de manière durable, et les inégalités sociales atteignent des niveaux stupéfiants.

Selon une récente étude de l’IRIS (Institut de recherche et d’informations socio-économiques), les gens faisant partie du 1 pour cent le plus riche du Québec ont vu leurs revenus moyens après impôt croître de 86 pour cent entre 1982 et 2010, passant de 138.000$ à 256.000$. Durant la même période, le revenu moyen du reste de la population (99 pour cent des Québécois), passait de 26.000$ à 29.000$, soit une hausse de seulement 12 pour cent.

Si l’on ne tient pas compte de l’impôt et des transferts, les revenus des 99 pour cent ont diminué de 2 pour cent entre 1982 et 2010, tandis que ceux du 1 pour cent le plus riche ont augmenté de 271 pour cent. Voilà qui donne une idée assez claire des intérêts de classe qui sont servis par la campagne incessante pour des baisses d’impôt.

Je vous épargne les détails, mais si on creusait davantage à l’intérieur du 1 pour cent le plus riche, on verrait que la distribution des revenus est très inégale en faveur du 0,1 pour cent le plus riche, et encore plus si l’on considère le 0,01 pour cent le plus riche. Et plus on monte dans la pyramide des richesses, plus le taux d’imposition a tendance à stagner.

Le portrait est le même à l’échelle du pays. Selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives, en additionnant la rémunération totale des 100 PDG les mieux payés au pays, on arrive pour l’année 2012 à une moyenne de 8 millions de dollars. En revanche, la rémunération moyenne d'un travailleur à temps plein n'atteint que la modeste somme de 47.000$. En 2012, les PDG ont donc empoché 170 fois plus que la moyenne des travailleurs au Canada. Pour les quelque 900.000 qui travaillent au salaire minimum (21.000$), l’écart est beaucoup plus grand. Les données disponibles pour 2013 indiquent que le fossé continue de s'élargir.

Si l’on considère la planète en son ensemble, le niveau des inégalités sociales atteint des proportions auxquelles les pharaons d’Égypte ne pouvaient que rêver. Permettez-moi de citer une seule statistique: les 85 individus les plus riches dans le monde détiennent entre leurs mains plus de richesses que la moitié la plus pauvre de toute la population mondiale.

Charte de laïcité et appels au chauvinisme

C’est dans ce contexte objectif qu’il faut comprendre la charte de la laïcité du PQ.

Vous connaissez sans doute les détails: selon le projet de loi 60 du gouvernement Marois, il sera interdit aux 600.000 travailleurs du secteur public, sous peine de congédiement, de porter tout symbole religieux dit «ostentatoire», comme le turban, la kippa ou le foulard. Et, comme il était prévu dans le projet de loi 94 du gouvernement libéral précédent, les femmes musulmanes portant le voile intégral seront privées de soins de santé ou autres services publics, sauf en cas d’«urgence».

Le PQ affirme que son projet de loi vise à promouvoir l’égalité entre les sexes. Cette affirmation est fausse et hypocrite. Les femmes musulmanes, comme plusieurs critiques l’ont noté, constituent le plus important groupe menacé de perdre leur emploi dans la fonction publique.

La charte de la laïcité est mise de l'avant par le PQ pour détourner l'opposition populaire à ses mesures d'austérité et diviser les travailleurs en alimentant les préjugés envers les minorités religieuses et en multipliant les appels xénophobes.

Elle est le prolongement de la campagne réactionnaire lancée peu avant l'élection provinciale de 2007 par les tabloïdes, comme le Journal de Montréal de Péladeau, et par l’ADQ de Mario Dumont – un parti populiste de droite qui s'est depuis sabordé au profit de la CAQ de François Legault. Cette campagne, qui était basée sur la déformation délibérée de quelques incidents, laissait croire que la politique d’«accommodements raisonnables» sur les différences religieuses et culturelles avait relégué la majorité du Québec à un statut de deuxième classe.

Il faut aussi souligner que cette montée du chauvinisme est un phénomène international. La France a banni le port du foulard; la Suisse veut fermer ses frontières à l'immigration; les États-Unis organisent des déportations massives de travailleurs latinos sans papiers; partout, la classe dirigeante cherche à faire de l'étranger, de l'immigrant, un bouc émissaire pour la crise historique du capitalisme.

De plus, la dénonciation incessante de «l'intégrisme musulman», l'amalgame qui se fait entre islam et terrorisme, tout ça sert de couverture idéologique aux campagnes de déstabilisation et guerres de conquête que mènent l'impérialisme américain, et ses alliés européens et canadiens, dans des régions riches en ressources naturelles ou d'une grande importance géopolitique, tels que l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, la Libye, la Syrie, l'Iran, l'Ukraine, et j'en passe.

Hypocrisie libérale

La réponse des forces fédéralistes à la charte du PQ est empreinte d’hypocrisie. Que ce soient le Parti libéral du Québec ou le Parti conservateur fédéral, ils se déclarent scandalisés, ils posent en défenseurs des libertés fondamentales, alors qu’en pratique ces partis appliquent le même programme d’austérité capitaliste et le même assaut sur les droits démocratiques.

Prenons le cas du chef libéral Philippe Couillard. Après avoir juré qu’il faudrait «lui passer sur le corps» avant de faire adopter la charte péquiste, il a présenté une politique qui, à certains égards, vise encore plus explicitement la minorité musulmane, avec «l'interdiction du port de la burqa, du niqab, et du tchador».

Dans un appel nationaliste qui met à nu l’hypocrisie du discours sur la laïcité entourant la charte, Couillard a affirmé: «Le PLQ dit oui à la préservation du patrimoine religieux du Québec et du crucifix au salon bleu de l'Assemblée nationale».

Le PQ défend lui aussi la présence de ce crucifix, qui a été suspendu au-dessus du siège du président de la Chambre en 1936 sous les ordres l’ultra-réactionnaire premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, afin de symboliser l’union de l’État et de l’Église catholique.

Reprenant le vieux cliché qui sert à justifier la violation des droits démocratiques à l'intérieur, et la participation à des guerres de conquête à l'extérieur, Couillard insiste sur «la montée de l'intégrisme religieux dans plusieurs pays et la crainte que ce phénomène gagne notre territoire un jour». Et il attaque de la droite la charte du PQ, en disant qu’elle «passe complètement à côté de cette préoccupation, la menace de l'intégrisme».

Il faut aussi rappeler qu’en 2012, le gouvernement libéral de Jean Charest – au sein duquel Couillard a longtemps été un ministre en vue de la Santé – a utilisé une répression étatique sans précédent contre les étudiants, y compris des arrestations de masse, l’usage de balles en caoutchouc par les forces anti-émeutes, et l’adoption du projet de loi 78 qui interdisait à toutes fins pratiques la tenue de manifestations sur n’importe quelle question et n’importe où sur le territoire de la province. Les libéraux étaient déterminés à imposer une hausse des frais de scolarité afin d’imposer le principe de l’«utilisateur-payeur» dans les services publics, dans le cadre d’un programme d’austérité visant le démantèlement de ce qui reste de l’État-providence.

Harper et l'espionnage de masse

Si l’on passe maintenant au gouvernement conservateur fédéral de Stephen Harper, son «opposition» à la charte péquiste au nom des libertés fondamentales est, autant que faire se peut, encore plus hypocrite.

Ce gouvernement dirige un vaste réseau d’espionnage qui intercepte toutes les communications électroniques des Canadiens – appels téléphoniques, messages-textes, courriels, et historiques de navigation sur internet.

Les Canadiens ont appris pour la première fois l’été dernier, dans un reportage du Globe and Mail, que toutes les «métadonnées» de leurs communications privées sont capturées depuis 2005 par le Centre de la sécurité des télécommunications (CST), l’agence d’espionnage électronique du Canada.

Le gouvernement Harper avait refusé de confirmer cette information jusqu'à ce que le courageux lanceur d’alerte Edward Snowden révèle dernièrement qu’en 2012, le CST, en collaboration avec la NSA (l’agence américaine d’espionnage), a intercepté les communications Wi-Fi de voyageurs dans des aéroports et autres lieux publics du Canada pour ensuite les suivre à la trace durant deux semaines.

Les conservateurs ont alors changé de tactique pour affirmer sans détour que l'État canadien a le droit «légitime» de recueillir les métadonnées des communications privées des Canadiens. Le gouvernement et le CST soutiennent que les métadonnées ne sont pas le contenu d'une communication, mais seulement son «enveloppe». En réalité, les métadonnées sont des informations détaillées sur l'expéditeur et le destinataire d'une communication téléphonique ou Internet, y compris la date de la communication et le lieu d'envoi et de destination. Ces données peuvent servir à créer le profil complet d'une personne, y compris ses affiliations politiques.

Ces mesures anti-démocratiques font partie des préparatifs de la classe dirigeante canadienne pour faire face à l’opposition de masse qui va inévitablement se développer en réaction à son assaut anti-ouvrier. Le gouvernement Harper a toutes les raisons du monde d’être détesté des travailleurs pour avoir:

- ravivé les traditions militaristes du Canada en déployant les forces armées canadiennes aux côtés des forces américaines dans une guerre de contre-insurrection en Afghanistan;

- lancé la pire attaque sur les chômeurs depuis 1996 en forçant les prestataires de l’assurance-emploi à retourner travailler à 70 pour cent de leur salaire précédent et jusqu'à 100 km de leur lieu de résidence;

- augmenté l'âge de retraite en faisant passer de 65 à 67 ans l’âge d’admissibilité à l'aide financière pour retraités à faibles revenus (programme de Sécurité de la vieillesse);

- et adopté des lois spéciales de retour au travail pour briser des grèves à Postes Canada et Air Canada.

Les syndicats et la grève étudiante de 2012

J’ai consacré beaucoup de temps à passer en revue la situation politique, économique et sociale afin de corroborer le premier point essentiel que je soulevais au début de cette conférence, à savoir qu’on se dirige vers une forte recrudescence des conflits de classe, qui va éclipser la radicalisation étudiante de 2012.

Il est temps maintenant de se pencher sur la deuxième question, tout aussi vitale : quelles sont les leçons à tirer de la grève étudiante qui a secoué le Québec il y a deux ans?

Mais d’abord, quelques mots sur le sens même de la question. Le Parti de l’égalité socialiste est un parti marxiste révolutionnaire. Contrairement aux anarchistes, qui glorifient l’action individuelle, nous adhérons à la conception matérialiste que l’évolution de la société humaine est déterminée par la lutte des classes, et que les classes sociales se définissent par leur rapport aux moyens de production. Les rapports de production capitalistes, basés sur la propriété privée et un système d’États-nations antagonistes, entrent de nouveau en conflit violent avec les besoins d’une société de masse complexe, basée sur la production sociale et une économie mondialement intégrée qui exige le plus haut niveau de planification. Ces deux contradictions fondamentales du capitalisme – entre la propriété privée et la production sociale, entre le système d’États-nations et l’économie mondiale – sont le moteur déterminant des grandes luttes sociales à venir.

Mais le résultat de ces luttes n’est pas déterminé d’avance par les facteurs objectifs évoqués plus haut. Toute l’expérience du vingtième siècle – un siècle de révolutions et de contre-révolutions, de guerres impérialistes et de barbarie fasciste, de trahison stalinienne des grands espoirs générés chez des millions de travailleurs par la révolution russe d’octobre 1917 – toute l’expérience du vingtième siècle a tragiquement démontré que le système capitaliste a beau avoir fait historiquement faillite, il ne disparaîtra pas de lui-même, par une simple action spontanée des masses. Au contraire, sans une intervention consciente des travailleurs, armés d’un programme socialiste et organisés au sein d’un parti international, le capitalisme risque d’entraîner toute l’humanité dans sa chute ignoble.

C’est de ce point de vue que nous appelons les travailleurs et les jeunes à jeter un long regard critique sur le soulèvement étudiant de masse qui a secoué tout le Québec au printemps 2012. La défaite de ce mouvement, sa récupération politique par le PQ comme un tremplin vers le pouvoir et 18 mois de réaction sociale, n’étaient pas inévitables. C’est plutôt le fruit de l’action menée par des forces politiques et des forces de classe bien définies. Il s’agit maintenant de jeter la lumière la plus vive possible sur le rôle de ces forces.

Les centrales syndicales québécoises portent la principale responsabilité pour la défaite de la grève étudiante du printemps 2012, un mouvement qui avait le potentiel de déclencher une contre-offensive unifiée des jeunes et des travailleurs contre la destruction des emplois et le démantèlement des services publics.

Les dirigeants syndicaux ont tout fait en leur pouvoir pour empêcher que les travailleurs se joignent aux étudiants. Lorsque le gouvernement Charest a adopté le projet de loi 78 (devenue loi 12) qui interdisait les manifestations et visait à faire des enseignants des briseurs de grève, les dirigeants syndicaux ont indiqué qu’ils s’y conformeraient entièrement. Le président de la FTQ, Michel Arsenault, est allé jusqu'à écrire officiellement aux syndicats hors Québec pour exiger qu'ils cessent tout appui aux étudiants. Pendant ce temps, la FTQ et les autres syndicats menaient une campagne active pour faire élire le PQ sous le slogan: «Après la rue, les urnes».

Le rôle des syndicats dans la grève étudiante de 2012 est tout à fait en ligne avec le rôle qu’ils jouent historiquement pour subordonner les travailleurs à l'ordre capitaliste existant.

Au début des années 70, la bureaucratie syndicale a réussi à étouffer un puissant mouvement de la classe ouvrière québécoise, qui faisait partie d’une offensive de la classe ouvrière internationale, en le ramenant derrière le parti de la grande entreprise qu'a toujours été le Parti québécois. Cela a eu des conséquences désastreuses pour le développement politique de la classe ouvrière dans toute l’Amérique du Nord.

Depuis les années 80, les syndicats acceptent l’élimination des emplois, les diminutions salariales et toutes sortes d’attaques sur les conditions de travail et le niveau de vie de la classe ouvrière. En 1996, par exemple, au nom de la compétitivité du Québec, les syndicats ont donné leur appui à l’objectif de «déficit zéro» du gouvernement péquiste de Lucien Bouchard, qui a mené à l’élimination de dizaines de milliers d’emplois dans les réseaux publics de la santé et de l’éducation. En 2003-04, les syndicats ont étouffé le mouvement d’opposition des travailleurs contre Charest, au nom de la paix sociale cette fois.

La liste de ses trahisons des travailleurs est longue. Notons simplement ici que pour les services qu’elle a rendus à la bourgeoisie, la bureaucratie syndicale a reçu des sièges sur les conseils d'administration et toutes sortes de privilèges qui lui assurent un train de vie confortable. De plus en plus, elle acquiert des parts dans des entreprises, et donc un incitatif financier direct, à intensifier l'exploitation des travailleurs. Un exemple de cette intégration de plus en plus profonde des syndicats au monde corporatif et gouvernemental est fourni par le Fonds de solidarité, qui est géré par les dirigeants de la FTQ et vaut aujourd'hui 9 milliards de dollars, dont plus de 6 milliards sont investis dans 2400 compagnies du Québec.

Quant au NDP (Nouveau Parti démocratique), le parti soutenu par les syndicats au Canada anglais, il a refusé de prendre position sur la grève étudiante en prétextant qu'il s'agissait d'une question provinciale, et a gardé ce silence complice même après l'adoption du projet de loi 78 digne d'un État policier.

CLASSE et l'échec de la politique de la protestation

Si l’on passe maintenant au rôle joué par les associations étudiantes, il faut d’abord noter que les dirigeants de la FEUQ (Fédération étudiante universitaire du Québec) et de la FECQ (Fédération étudiante collégiale du Québec) ont agi comme les proches alliés des syndicats et du PQ qu’ils ont toujours été. Et ils ont été récompensés en conséquence: Léo Bureau-Blouin de la FECQ s’est fait élire comme député péquiste à l'élection de 2012, et Martine Desjardins de la FEUQ se présente cette année comme candidate pour le PQ.

La question la plus intéressante est celle de la CLASSE (Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante), l’association étudiante la plus militante qui était en pratique à la tête du mouvement de radicalisation des étudiants au printemps 2012.

Bien qu’elle comportait en son sein des dizaines de milliers de jeunes qui cherchaient sincèrement à percer une brèche dans le mur de l’austérité capitaliste, la perspective politique de sa direction était dictée par son alliance avec les syndicats – une alliance où elle jouait un rôle subordonné – et par l’influence des milieux nationalistes québécois et des activistes des classes moyennes, allant des anarchistes à Québec solidaire.

La défaite de la grève étudiante de 2012 est aussi le résultat de la politique de la protestation mise de l'avant par la CLASSE. Selon cette politique, il suffisait aux étudiants d'être nombreux dans les rues et de crier assez fort pour obliger le gouvernement Charest à retirer la hausse des frais de scolarité. Cette mesure était vue comme une question à part, et non pas comme l'expression dans le domaine de l'éducation du programme de guerre de classe qui est partagé par l'élite dirigeante en son ensemble.

Sur cette base, la CLASSE a rejeté la seule voie de l'avant qui s'offrait aux étudiants, un tournant vers la classe ouvrière, la seule force sociale capable d'offrir une alternative progressiste au système capitaliste en faillite. La tâche urgente était de lancer un large appel aux travailleurs pour qu'ils forment des comités de base indépendants des syndicats afin de mener une lutte commune pour la défense des programmes sociaux, des salaires et des emplois.

Il ne fait aucun doute qu'un tel appel aurait reçu un accueil enthousiaste. La grève étudiante de 2012 avait le potentiel de déclencher une vaste contre-offensive des travailleurs partout au Canada contre l’assaut patronal. Ce potentiel a été démontré après l’adoption du projet de loi 78 qui, loin d’intimider la population, a provoqué une vive opposition dans les quartiers ouvriers avec le mouvement des casseroles, puis la tenue en mai dernier d’une manifestation monstre pour la dénoncer.

La répression policière, les injonctions et la loi 78 se sont avérées insuffisantes pour mater l’opposition étudiante. Au contraire, celle-ci menaçait de s’étendre aux travailleurs. La classe dirigeante québécoise décida alors d’avoir recours aux élections. C’est à ce moment que la bureaucratie syndicale, dont les nombreux privilèges sont basés sur la subordination politique des travailleurs au système de profit, a intensifié ses efforts pour bloquer l’entrée en lutte de la classe ouvrière aux côtés des étudiants.

La politique de la protestation de la CLASSE était associée à une perspective nationaliste, qui voyait la grève étudiante comme une question purement québécoise. Aucun appel n'a été lancé aux étudiants des autres provinces canadiennes, sans parler des travailleurs. Aucun effort sérieux n'a été fait pour lier l'assaut sur l'éducation au Québec aux nombreux programmes d'austérité mis en place par la classe dirigeante partout dans le monde, particulièrement en Grèce et à travers l'Europe.

Alors que la lutte arrivait à un moment décisif au début de l'été, la CLASSE s'est adaptée à la campagne visant à détourner la grève étudiante sur la voie électorale et derrière le PQ. Devant la vive opposition des syndicats, la CLASSE a vite laissé tomber ses timides appels à un plus grand mouvement de protestation, ce qu'elle appelait «grève sociale». Puis lorsque la chef péquiste Pauline Marois a enlevé le carré rouge qu'elle portait pour se faire du capital politique sur le dos des étudiants en grève, le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, n'a pas utilisé ce geste pour mettre à nu la vraie nature du PQ en tant que parti de la grande entreprise: il a plutôt cherché à maintenir les illusions que le PQ serait plus à l'écoute des étudiants et des gens ordinaires en appelant Marois à remettre le carré rouge. C'est donc sans surprise qu'une fois l'élection déclenchée, la CLASSE a déclaré que la question-clé était de défaire les néo-libéraux et le gouvernement Charest, rejetant ainsi la lutte contre le capitalisme et tous ses représentants politiques.

Un mouvement social prometteur, qui réunissait à son plus fort des centaines de milliers d'étudiants dans les rues et menaçait de s’étendre aux travailleurs, a mené au bout du compte à l’élection d’un gouvernement du Parti québécois voué à la poursuite du programme d’austérité exigé par l’élite dirigeante.

Québec solidaire et le piège de l'indépendance du Québec

Passons finalement au parti supposément «de gauche», Québec solidaire. Celui-ci a joué un rôle clé pour légitimer la campagne visant à remplacer les libéraux par les péquistes. En discussion constante depuis des années avec le PQ pour former une alliance électorale, Québec solidaire a qualifié le PQ de «moindre mal» que les libéraux, et a fait savoir vers la fin de la campagne électorale de 2012 qu’il soutiendrait le PQ pendant au moins un an s’il détenait la balance du pouvoir dans un gouvernement péquiste minoritaire, sans exiger un seul engagement politique.

Depuis, Québec solidaire cherche à cacher sa responsabilité politique pour les mesures réactionnaires d’un gouvernement qu’il a aidé à faire élire. Sa réponse à chaque nouvel acte anti-ouvrier du gouvernement Marois est toujours la même: feindre la surprise, l’indignation, la déception, pour mieux effacer ses traces.

L’exemple le plus récent a été fourni par Françoise David, députée sortante et porte-parole de Québec Solidaire, après la nomination de Péladeau comme candidat-vedette du PQ. David a affirmé qu’il est maintenant clair que le PQ «n’est pas le parti des travailleurs», ajoutant que des gens «doivent faire le deuil du parti de René Lévesque». De tels propos frôlent la dérision et ne servent qu’à désorienter la classe ouvrière. Le PQ n’a jamais été un parti des travailleurs, mais bien le parti d’alternance de l’élite dirigeante avec le Parti libéral. Chaque fois qu’il a été porté au pouvoir, le PQ est entré en conflit ouvert avec les travailleurs en imposant les pires coupes sociales de l’histoire de la province.

Il est instructif d’analyser la réponse de Québec solidaire à la charte de laïcité du PQ. Son point de départ est l’acceptation pleine et entière des cadres du débat tels que posés par le Parti québécois, à savoir que les minorités ethniques et religieuses posent un véritable problème, voire une menace, à la société québécoise et que l’État doit trouver des moyens pour combattre «l’extrémisme religieux».

Québec solidaire appuie le refus d’offrir des services publics aux femmes voilées, mais affirme que l’interdiction des symboles religieux ne devrait être appliquée qu’aux juges, policiers et autres représentants de l’État ayant un pouvoir coercitif.

Dans une lettre ouverte à Bernard Drainville, le ministre du gouvernement péquiste chargé de piloter le projet de loi 60, le député de Québec solidaire Amir Khadir a cherché à donner de la crédibilité aux prétentions démocratiques du PQ en lui reprochant de vouloir imposer les «préceptes du Siècle des Lumières» par «une assimilation à la dure».

La charte de la laïcité du PQ n'a rien à avoir les principes démocratiques des Lumières qui ont joué un rôle clé dans la lutte idéologique contre la monarchie absolutiste et l’obscurantisme religieux ayant préparé la grande Révolution française. Le principe de «laïcité», tel que conçu à cette période révolutionnaire, signifiait l'interdiction pour l’État d’imposer une croyance religieuse quelconque à des individus et pour l’Église de s’immiscer dans les affaires de l’État.

Ce que fait le PQ, sous couvert de la «laïcité», c’est d’attaquer les droits de certaines minorités d’avoir accès à des emplois, étant donné leur foi et les signes religieux associés. L'hypocrisie de cette position est démasquée par le fait qu'il défend au même moment le «patrimoine catholique» du Québec. En tentant d’associer cette supercherie du PQ au «Siècle des Lumières», Québec solidaire lui sert de couverture politique.

Québec solidaire trouve simplement que le PQ, pour l’instant du moins, va trop loin. S’adressant au ministre Drainville en l’appelant constamment par son prénom, Amir Khadir parle dans sa lettre ouverte du «consensus» qui existe «sur la nécessité d’encadrer et d’harmoniser les pratiques d’accommodement». Reconnaissant qu'il doit «y avoir des limites au port de vêtements ou accessoires religieux», Khadir poursuit avec cette timide plainte: «Mais est-il nécessaire d’interdire tous les signes religieux pour tous les postes dans tous les services publics, Bernard?»

La lettre de Khadir vise à camoufler la source objective de l'assaut sur les droits démocratiques contenu dans le projet de loi 60. Dans sa lettre, Khadir soutient que la ligne dure du PQ sur le port de signes religieux vise à courtiser le vote nationaliste afin de «gagner quelques comtés de plus» pour faire avancer l'indépendance du Québec. Il trouve que c'est un mauvais choix tactique et «déplore ce pragmatisme à courte vue et destructeur, qui finira par se retourner contre l'ensemble du mouvement souverainiste».

Le fait est que l'agitation xénophobe, chauvine, anti-musulmane du PQ autour du projet de loi 60 n'est que l'aboutissement logique du projet indépendantiste que poursuit depuis plusieurs décennies une section importante de la classe dirigeante québécoise, représentée par le PQ, avec le soutien crucial des syndicats et des éléments de la pseudo-gauche parmi les classes moyennes, qui ont cherché à entourer ce projet d'une aura démocratique et progressiste.

La formation d'un autre État capitaliste en Amérique du Nord a toujours été préconisée par une section de l'élite dirigeante québécoise pour satisfaire ses propres intérêts égoïstes de classe. Un État québécois indépendant serait entre ses mains un outil pour défendre ses intérêts économiques et géopolitiques, et pour intensifier l'assaut sur les services publics, les emplois et les salaires par la subordination politique complète des travailleurs à la bourgeoisie.

C'est ce qui a été amèrement démontré par une longue expérience au pouvoir du PQ, lequel a été démasqué comme le parti de l'austérité et du «déficit zéro». Il est incapable aujourd'hui de maintenir la fiction que l'indépendance du Québec serait un «projet social», associé à une expansion des programmes sociaux et du niveau de vie. Il en fait de plus en plus ouvertement un «projet identitaire», basé sur des appels chauvins et réactionnaires au nom du «patrimoine culturel» du peuple québécois.

Depuis les années 90, les dirigeants du PQ essaient ouvertement de vendre l'indépendance comme la meilleure façon d'imposer une vaste réduction des programmes sociaux au nom de l'élimination des dédoublements.

C'est ce lien profond entre l'indépendantisme, la réaction sociale et le chauvinisme que cherche à camoufler Québec solidaire. Ce parti veut redonner vie au séparatisme québécois, un projet hostile aux intérêts ouvriers, qui serait un facteur additionnel de division entre les travailleurs français, anglais et immigrés du Canada, et qui va à contre-courant du progrès social et historique.

La propriété privée capitaliste, et le système des États-nations au sein duquel elle s'est historiquement développée, sont en violente contradiction avec le développement harmonieux de l'économie mondiale qui est nécessaire pour combler les besoins sociaux. Cette contradiction ne peut trouver une solution progressiste que par l'action unifiée des travailleurs à l'échelle internationale pour réorganiser la production sur une base scientifique et rationnelle.

Il ne s’agit pas ici d’une question purement québécoise, mais d’une question fondamentale d’orientation internationale pour les travailleurs partout dans le monde.

En Europe, de nombreux partis réclament la création de petits États, que ce soit en Espagne, en Belgique, en Italie, ou en Écosse. Ils parlent tous pour les couches de la bourgeoisie et de la classe moyenne qui jugent que la prospérité relative de leurs régions leur permettrait de mener une vie plus confortable et privilégiée – en autant qu’elles demandent l’adhésion à l’Union européenne et obéissent aux ordres des banques et des grands groupes en attaquant les travailleurs de plein fouet.

Le Parti national écossais, par exemple, a réussi à forcer la tenue d’un référendum en 2014 sur l’indépendance. Ce parti prend depuis longtemps une pose de soutien pour des réformes sociales limitées en opposition aux coupes du gouvernement central. Mais son programme réel est de créer un endroit favorable à l'investissement européen où les sociétés sont faiblement taxées afin de servir les intérêts de l’élite financière.

Les divers groupes de la pseudo-gauche cherchent à présenter de tels mouvements comme progressistes parce que leur «rôle objectif» est de briser les États impérialistes, ce qui ouvrirait supposément la voie au socialisme dans un avenir indéterminé. Il s'agit là d'une fraude politique qui sert à dissimuler leur orientation vers la bourgeoisie et leur désir de participer à un nouveau cycle de «création d'États».

Tous ces mouvements défendent une perspective hostile aux intérêts ouvriers, une perspective qui alimente le nationalisme, divise les travailleurs selon des lignes ethniques, et prône l'érection de nouvelles barrières étatiques qui amèneraient un réel danger de guerre civile au sein de la classe ouvrière.

La classe ouvrière québécoise n’a aucun intérêt à appuyer une section de l’élite québécoise dans sa quête pour établir son propre État-nation en Amérique du Nord. Les travailleurs du Québec doivent plutôt s’allier à leurs frères et soeurs de classe du Canada, des États-Unis et d’outre-mer dans une lutte commune pour réorganiser l’économie mondiale sur la base des besoins sociaux, et non des profits d’une minorité.

J’appelle en terminant tous ceux qui sont d’accord avec cette perspective socialiste et internationaliste à devenir des lecteurs réguliers du World Socialist Web Site, et à prendre la décision cruciale d’adhérer au Parti de l’égalité socialiste pour amener ce programme à la classe ouvrière.