Home » Nouvelles internationales » Canada

Montréal: chasse-aux-sorcières contre des employés municipaux opposés aux coupes dans les retraites

Par Laurent Lafrance
18 septembre 2014

La ville de Montréal, appuyée par le gouvernement du Québec et les médias de la grande entreprise, a lancé une véritable chasse-aux-sorcières contre des dizaines de travailleurs municipaux opposés aux coupes dans les régimes de retraite.

En mobilisant son appareil de répression, la classe dirigeante veut montrer sa détermination à imposer aux employés municipaux une «réforme» draconienne des retraites. Et elle est prête à utiliser des méthodes autoritaires pour imposer le programme d’austérité dont fait partie l’assaut sur les retraites.

Le 18 août dernier, une centaine d’employés municipaux et quelques chefs syndicaux locaux ont manifesté pour s’opposer au projet de loi 3 du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Les manifestants ont pénétré dans l’hôtel-de-ville de Montréal lors d’une séance du conseil municipal et ont fait voler en l’air des verres d’eau et des papiers qui se trouvaient sur les bureaux des conseillers. Les manifestants ont ensuite tapissé la salle du conseil avec des collants, des cartons et une banderole adressée au maire de Montréal, marquée «Coderre voleur».

L’élite dirigeante et les médias ont lancé une campagne virulente contre les employés municipaux pour tenter de les présenter comme des «violents» et discréditer leur lutte légitime contre les coupes sauvages dans les régimes de retraite. Avant même qu’une enquête ne soit menée, la vice-présidente du comité exécutif à la Ville de Montréal a affirmé que des gens allaient «perdre leur emploi». De son côté, le maire Denis Coderre a déclaré que «l'intimidation et la violence ne sont pas des façons de faire dans une société démocratique».

Au début du mois, le Service de police de Montréal a annoncé que des accusations criminelles seront portées contre 44 employés municipaux, principalement des pompiers, pour attroupement illégal, méfaits et voies de fait. Les chefs syndicaux locaux des pompiers et des cols bleus de Montréal ont aussi été inculpés.

De plus, le maire Coderre a annoncé que 63 autres employés municipaux étaient visés par une enquête disciplinaire. Ceux-ci s'exposent à des sanctions pouvant aller jusqu'au congédiement. Déjà, 39 des 63 employés ont été suspendus sans solde «en raison de la gravité des gestes posés».

En plus des accusations criminelles portées contre les employés municipaux, la ville de Montréal est présentement devant la Commission des relations du travail pour plaider que 2320 travailleurs municipaux auraient privé les citoyens de services essentiels pendant 15 minutes lorsqu’ils ont quitté leur poste pour prendre part à une manifestation le 17 juin dernier. Le commissaire pourrait imposer aux syndicats des compensations financières et d’autres mesures anti-démocratiques pour ce que le gouvernement qualifie de «grève illégale».

En qualifiant les actions des travailleurs d’une «atteinte à la démocratie», l’élite dirigeante met la réalité la tête en bas. En fait, ce ne sont pas les employés municipaux qui contournent la loi, mais bien le gouvernement libéral. Avec son projet de loi 3, le PLQ annule les contrats actuels et force la restructuration des régimes de retraite, une mesure qui aura un impact dévastateur sur les conditions de vie de milliers de travailleurs municipaux.

En visant les employés municipaux aujourd'hui, ceux des secteurs public et parapublic demain, la classe dirigeante signale qu’elle veut faire payer les travailleurs pour la crise du système capitaliste mondial. Le nouveau gouvernement libéral a annoncé que les dépenses sociales seront drastiquement réduites et que des programmes entiers sont voués à disparaître. Le premier ministre du Québec Couillard a comparé la situation actuelle aux crises de 1982 et de 1997, la première étant marquée par une réduction massive des salaires dans le secteur public, et la seconde par l'élimination de dizaines de milliers d'emplois dans l'éducation et la santé.

Depuis des semaines, l’élite et les médias répètent presque mot pour mot les diatribes qu’ils ont employées contre les étudiants lors de la grève de 2012. Ils décrivent les travailleurs municipaux comme des «privilégiés» qui s’accrochent à des retraites trop généreuses de la même manière qu’ils qualifiaient les étudiants d’«enfants gâtés» et d’«égoïstes». Autant en 2012 qu'aujourd'hui, toute résistance à l’austérité capitaliste est immédiatement dénoncée comme un geste de violence afin de justifier des mesures de répression.

Le droit de grève est la cible de récentes attaques par les élites à travers le Canada. Le gouvernement fédéral du premier ministre conservateur Stephen Harper est intervenu à maintes reprises pour criminaliser les grèves des travailleurs des postes et d’Air Canada au cours des dernières années. Au Québec, un des premiers gestes du gouvernement Couillard lorsqu’il a pris le pouvoir a été d’annoncer qu’une loi spéciale serait immédiatement imposée si les travailleurs de la construction déclenchaient une grève comme à l’été 2013.

Depuis la manifestation du 18 août, la ville de Montréal a annoncé qu’elle intensifierait la sécurité à l’hôtel de ville et lors des conseils d’arrondissements, sans indiquer quand cette mesure prendra fin. Au moins six policiers se trouvent maintenant dans le hall d'honneur de l’établissement lors des réunions hebdomadaires du Comité exécutif.

Comme lors de la grève étudiante, la classe dirigeante dépend des services de la bureaucratie syndicale pour contenir l’opposition des travailleurs. Si quelques chefs syndicaux ont été accusés au criminel, c’est pour rappeler les syndicats à l’ordre et les pousser à collaborer encore plus étroitement avec la classe dirigeante dans son assaut contre les travailleurs.

Malgré les attaques antisyndicales de l’élite, les chefs syndicaux ont démontré à maintes reprises leur volonté d’imposer les concessions dans les retraites en échange d’une place à la table de négociation. Ils se sont distancés de la manifestation du 18 août, qualifiant l’événement d’ «inacceptable» et lançant «un appel au calme». Michel Parent, le président des cols bleus de Montréal, s’est fait huer par ses propres membres lorsqu’il a dénoncé les «dérapages» survenus à l'hôtel de ville.

Bien que les récentes actions des employés municipaux expriment plus de la frustration qu’une action politique indépendante, elles expriment une immense colère envers la récente attaque sur les pensions et les inégalités sociales croissantes. Les méthodes brutales et anti-démocratiques employées contre les travailleurs municipaux sont un avant-goût de ce qui attend l’ensemble de la classe ouvrière.

Tous les travailleurs et les jeunes doivent venir à la défense des travailleurs municipaux, dans le cadre d’une lutte contre l’assaut généralisé sur les salaires, les emplois et les services sociaux. Par-dessus tout, les travailleurs doivent rompre politiquement avec les syndicats qui les subordonnent au capitalisme et bâtir un parti indépendant voué à la lutte pour le socialisme.