Home » Nouvelles internationales » France

La France déploie 10.000 militaires suite à l’attentat contre Charlie Hebdo

Par Chris Marsden
14 janvier 2015

La France ressemble de plus en plus à un Etat policier.

Le gouvernement PS de François Hollande a déployé 10.000 soldats dans les rues après l’attaque contre les bureaux du magazine Charlie Hebdo la semaine dernière et les sièges qui l’ont suivie. Saïd et Cherif Kouachi ont commis les meurtres des dessinateurs humoristiques de l’hebdomadaire et de membres du personnel dans les bureaux du journal et furent tués plus tard dans le siège d’un bâtiment industriel à Dammartin-en-Goële. L’autre siège, celui d’un supermarché casher à la Porte de Vincennes, dans l’est de Paris, s’est terminé par la mort d’Amedy Coulibaly.

Dix-sept personnes ont été tuées par Saïd et Cherif Kouachi et par Coulibaly, dont quatre au supermarché casher – Yohan Cohen 22 ans, Yoav Hattab 21 ans, un quadragénaire, Philippe Braham et François Michel Saada, un homme dans la soixantaine.

Coulibaly avait auparavant tué par balles Clarissa Jean-Philippe, une policière de 27 ans en passe d’être titularisée. Un joggeur qui avait été touché par une balle mercredi dans une autre attaque, une victime probable de Coulibaly, se trouverait « entre la vie et la mort ».

Hollande a ordonné le déploiement massif de troupes à travers la France lors d’une réunion de crise lundi avec des responsables militaires, policiers et du ministère de la Défense.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré que presque 5.000 membres des forces de l’ordre seraient affectés à la protection des 717 écoles juives de France dans les prochains jours. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a dit que des soldats supplémentaires seraient positionnés à partir de mardi soir dans les points sensibles du territoire, et que « La mobilisation a commencé ce matin. »

Le Drian a poursuivi en disant, « C'est la première fois qu'une mobilisation (militaire) de cette ampleur (intervient) sur notre territoire. La menace reste et nous devons nous en protéger. C’est une opération interne qui mobilisera presque autant d’hommes que pour nos opérations à l’étranger. »

Le premier ministre Manuel Valls a dit que les synagogues seraient protégées, aussi bien que les mosquées, dont certaines ont déjà été victimes d’attaques de représailles. D’autres mesures en vigueur ou en cours comprennent la surveillance électronique et des opérations anti-terroristes dans les écoles et les prisons. Valls a fait état d’une nouvelle législation pour renforcer des pouvoirs de surveillance qui seraient opérationnels « dans trois à quatre mois. »

Cazeneuve a dit dimanche que le gouvernement Hollande se procurerait plus de pouvoirs pour surveiller l’Internet et contrer les activités en soutien au terrorisme ou les activités subversives.

De plus, selon une source policière citée par CNN, on a ordonné le week-end dernier aux agents de police de porter leurs armes à tout moment et d’effacer leur présence sur les médias sociaux parce que « des cellules terroristes dormantes » avaient été activées. La source a affirmé que Coulibaly avait passé plusieurs appels téléphoniques concernant le ciblage des agents de police en France.

La menace connue pour justifier de telles mesures n’implique qu’une poignée de personnes.

Les autorités françaises croient que les assaillants avaient au moins un complice, qui n’a pas été identifié, en plus de Hayat Boumeddiene, la partenaire de Coulibaly.

Il est confirmé que Boumeddiene a quitté la France avant les attaques. Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a indiqué qu’elle était arrivée en Turquie le 2 janvier via Madrid avant de continuer son voyage vers la Syrie six jours plus tard. Des images de l’aéroport d’Istanbul la montre accompagnée de Mehdi Sabri Belhouchine, originaire d’Afrique du Nord. Boumeddiene a échangé cinq cent coups de téléphone avec la femme de Cherif Kouachi en 2014 selon François Molins, procureur de la république à Paris.

Le dirigeant israélien Benjamin Netanyahu qui s’est déplacé à Paris pour la manifestation de dimanche dernier, a joué un rôle clé dans le fait d’attiser le climat de peur autour des attaques, au point de se trouver en désaccord avec le gouvernement Hollande.

Netanyahu a dit dans une déclaration qu’il avait parlé avec Celine Shreki vendredi, un otage de la supérette casher. La déclaration explique: « A Celine et tous les juifs français, et tous les juifs européens, je voudrais dire : L’Etat d’Israël n’est pas uniquement un endroit vers lequel vous pouvez adresser vos prières. L’Etat d’Israël est aussi votre maison. »

Netanyahu s’est rendu en visite à la supérette, entouré de gardes du corps lourdement armés. Il a dit qu’il créait un comité spécial du gouvernement afin d’augmenter l’émigration depuis la France, où vivent un demi million de juifs et d’en superviser les préparatifs. Le ministre de la Défense Moshe Ya’alon a dit samedi que les juifs « pas seulement en France, [mais également en] Belgique et d’autres endroits, la Suède » étaient « attaqués, une attaque combinée islamiste, attaque antisémite » et que « le lieu le plus sûr pour les juifs est dans la maison nationale des juifs. »

Les médias israéliens ont rapporté que l’émigration des juifs depuis la France avait plus que doublé l’année dernière, atteignant 7.000 nouveaux immigrants en 2014. Le député Yoel Razvozov, qui dirige à la Knesset (le parlement israélien) le Comité pour l’immigration et l’intégration, doit réunir une séance d’urgence pour préparer l’absorption de juifs européens.

Ha’aretz a rapporté que Hollande avait prié Netanyahu de ne pas assister aux manifestations du week-end pour Charlie Hebdo, de peur qu’il détourne l’attention du message de l’‘unité nationale’ en France. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a par la suite invité le dirigeant de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour servir de contrepoids à Netanyahu.

Dans une vidéo, Coulibaly a dit qu’il travaillait avec les frères Kouachi, qui de leur côté, affirmaient agir de la part de la filiale yéménite d’al-Qaïda (al-Qaïda dans la péninsule arabique – AQAP). La vidéo qui était apparemment, en partie, tournée par une troisième personne, sert de base aux efforts de la police pour identifier les collaborateurs possibles des trois tireurs.

D’autres éléments démontrant le degré de connaissance officielle de tous les acteurs dans ces attaques terroristes renforcent la suspicion grandissante d’un possible implication de l’Etat français. Les deux frères Kouachi étaient sur des listes de surveillance britanniques et américaines et Coulibaly avait été condamné pour pour avoir comploté la libération de prison d’un militant islamiste. Coulibaly avait rencontré Cherif Kouachi en prison.

Les agences de renseignements américaines ont dit que Saïd Kouachi avait été mis sous surveillance par la France en novembre 2011 mais que celle-ci avait été prétendument levée en juin 2014 après qu’on eut cessé, sans aucune explication, de le considérer comme dangereux. La surveillance de Cherif Kouachi elle, a prétendument été levée à la fin de 2013.

Saïd Kouachi a voyagé au Yémen en 2011 pour trois mois ou plus, selon CNN, où on croit savoir qu’il s’est entrainé avec le AQAP. Selon les services de renseignement américains et yéménites qui ont parlé à CNN, « les responsables du renseignement français croient qu’il y a une forte probabilité que Cherif Kouachi s’est aussi rendu au Yémen pour un court séjour en 2012.

Mourad Hamyd, le jeune de 18 ans initialement identifié comme un troisième suspect dans les meurtres de Charlie Hebdo, a été discrètement relâché vendredi soir sans aucune charge contre lui. Ses amis d’école avaient insisté pour dire qu’il était en classe ce jour là.

Une manifestation dimanche organisée par le Front national (FN) fasciste dans la ville de Beaucaire a été faiblement suivie, rassemblant moins de 1.000 personnes. Le dirigeante FN Marine Le Pen a été selon certaines sources interpellée et conspuée par les passants.

(Article original paru le 13 janvier 2015)