Home » Nouvelles internationales » Etats-Unis

Obama intensifie la campagne contre la Russie avec de nouvelles sanctions et menaces

Par Patrick Martin
4 janvier 2017

Dans un décret présidentiel accompagné d’une série de déclarations officielles, le président américain Barack Obama a fortement accentué la campagne contre la Russie, qui s’appuie sur des allégations non fondées de piratage gouvernement russe du Comité national démocrate et la campagne Hillary Clinton à l’élection présidentielle.

Obama a imposé des sanctions aux hauts responsables du gouvernement russe. Il a mis sur la liste noire plusieurs sociétés russes des technologies de l’information et expulsé 35 diplomates russes stationnés aux États-Unis, leur donnant seulement 72 heures pour quitter le pays. Deux installations de propriété russe, à San Francisco et au Maryland, sont fermées avec moins de 24 heures de préavis.

« Ces actions ne sont pas la somme totale de notre réponse aux activités agressives de la Russie », a déclaré Obama. « Nous continuerons à prendre diverses actions à un moment et à un endroit de notre choix, dont certaines ne seront pas publiées ». Cela indique que des mesures de représailles secrètes, y compris les actions de cyberguerre pour perturber l’économie, les finances ou l’infrastructure de la Russie, sont prises.

Le texte de l’ordonnance, tel qu’il est affiché sur le site Web de la Maison-Blanche, contient des termes vagues et génériques qui ont des implications néfastes pour les droits démocratiques du peuple américain. Tout militant politique opposé au système bipartite officiel pourrait faire face à des sanctions ou même à des accusations criminelles pour des actes « ayant pour objet ou pour effet de déstabiliser ou d’ébranler les processus électoraux ou les institutions ».

Est-ce que la découverte des documents internes du Comité national démocratique (DNC) ou des courriels du président de la campagne de Clinton, John Podesta, constitue « une déstabilisation des processus électoraux ou les institutions électorales » ? Évidemment, puisque c’est le principal crime allégué contre le gouvernement russe.

Il est tout à fait possible que les documents soient rendus publics grâce aux fuites de personnel de la DNC mécontentes, peut-être en colère contre le contenu des courriels, qui montraient un effort délibéré de la direction de la DNC pour bloquer la campagne du sénateur Bernie Sanders et assurer la nomination de Clinton. Ces fuites seraient-elles maintenant criminalisées ?

Qu’en est-il de rendre ces documents largement disponibles, comme l’a fait l’organisation WikiLeaks ? Qu’en est-il de publier des extraits ou le texte intégral de ces documents, comme l’ont pratiquement fait tous les médias américains ? Où s’arrêtent « la déstabilisation » et « l’ébranlement », et où commencent la liberté d’expression et la liberté de la presse ? Le décret présidentiel d’Obama ne fait aucune distinction.

Les médias contrôlés par le patronat, s’adaptant toujours aux prescriptions de l’appareil de renseignement militaire américain, n’ont pas contesté la légalité ou la constitutionnalité de l’ordre d’Obama. Ils n’ont pas critiqué non plus le refus de la Maison-Blanche de fournir un seul fait pour étayer ses allégations de piratage russe dirigé contre les démocrates.

Le décret présidentiel d’Obama prend la forme d’un amendement à un décret précédent, émis en avril 2015, en réponse à un piratage attribué à la Corée du Nord des bureaux de Sony Corporation à Los Angeles, après que la compagnie ait tourné un film dont la trame tournait autour d’une tentative d’assassinat de la CIA contre le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un.

Avec peu de publicité, Obama a déclaré une « urgence nationale à l’égard de cyber-activités notables et malveillantes » le 1er avril 2015. En vertu du décret présidentiel 13 694, le Secrétaire du Trésor, en consultation avec le Procureur général et le Secrétaire d’État, peut désigner pour des sanctions économiques, y compris le gel de tous les biens et des comptes bancaires aux États-Unis, toute personne qu’ils choisissent comme cible.

Toute personne « responsable ou complice », ou « engagée, directement ou indirectement, dans des cyber-activités » dirigées ou originaires « de l’extérieur des États-Unis » dont le but, d’après ces responsables, nuirait à l’infrastructure américaine, les réseaux informatiques, provoquer le détournement de fonds ou affecter les élections américaines est une cible potentielle pour les représailles du gouvernement américain.

Étant donné que pratiquement toutes les interactions humaines dans les pays économiquement développés sont des « cyber-activités » et que le World Wide Web est par définition une entité globale « en dehors des États-Unis », ces termes constituent un mandat pour l’exercice d’un pouvoir essentiellement illimité et arbitraire.

Alors que le décret détaille une série de mesures que les responsables américains sont habilités à imposer à toute personne qu’ils jugent bon de cibler, Obama n’a fourni aucune preuve du piratage russe qui est la cause supposée de cette « urgence nationale ».

Au lieu de cela, il se réfère à la conclusion des agences de renseignement américaines, publiée le 7 octobre, déclarant qu’ils étaient « confiants que le gouvernement russe a dirigé les récents compromis de courriers électroniques de personnes et institutions américaines, y compris des organisations politiques américaines ».

La déclaration d’Obama est un exercice de circonlocution, visant à déguiser le fait qu’il exige que le peuple américain et le monde acceptent la prémisse de son décret présidentiel – un piratage russe en profondeur du Parti démocratique aurait eu lieu – sur la foi de la confiance. Les accusations portées par les agences de renseignement américaines, connues dans le monde entier pour leurs mensonges audacieux, leurs inventions, leurs provocations et leurs attaques contre les droits démocratiques, doivent être reçues comme une vérité évangélique.

Répondant aux demandes qu’il fournisse une preuve réelle du piratage russe, Obama a annoncé avant qu’il quitte Washington pour deux semaines de vacances à Hawaï que les agences de renseignement remettraient un rapport au Congrès et au public au moment où il quitterait le bureau le 20 janvier.

Mais la peine pour le crime allégué, imposant des sanctions et expulsant des diplomates, est annoncée trois semaines plus tôt.

Si le gouvernement américain était en possession de preuves réelles de piratage russe dans le Comité national démocratique, il pourrait présenter cela à un grand jury, inculper les auteurs, et les poursuivre à travers Interpol et d’autres organismes de police mondiaux.

Rien de tel n’est proposé. Au lieu de cela, le principe de la culpabilité de la Russie est repris par l’ensemble des médias des États-Unis, pour imposer à l’opinion publique la nécessité d’une action de représailles non spécifiée contre Moscou et préparer le climat politique pour un conflit militaire direct avec la Russie, que ce soit au Moyen-Orient, en Ukraine ou en Europe de l’Est.

Démocrates du Congrès et les républicains immédiatement publié des déclarations à cet effet. Le chef de la minorité du Sénat, Charles Schumer, qui sera le principal démocrate à Washington après quand Obama aura quitté la Maison Blanche, a déclaré : « Nous devons frapper de nouveau contre la Russie, et frapper dur ».

Avec les déclarations et le décret présidentiel modifié d’Obama, le FBI et le Centre national d’intégration de la cybersécurité et des communications ont publié jeudi un document conjoint visant à donner des « détails techniques concernant les outils et l’infrastructure utilisés par le service russe de renseignements civils et militaires » pour nuire à l’élection.

Le rapport de 13 pages, intitulé « Grizzly Steppe », est constitué d’allégations non étayées selon lesquelles deux groupes de pirates, prétendument liés au gouvernement russe, pénétraient le serveur de courrier électronique du Comité national démocratique. Il est suivi d’une liste générale des précautions à prendre par les responsables de la cybersécurité dans les entreprises et les organisations qui auraient pu être prises à partir de n’importe quel site sur Internet qui parle de sécurité électronique. Il n’y a pas de noms, de dates, pas d’endroits, pas de faits réels sur le présumé piratage, et encore moins de preuves reliant les pirates au gouvernement russe.

Le ministère russe des Affaires étrangères a répondu avec un rejet brutal des réclamations d’Obama. « Franchement, nous sommes fatigués des mensonges sur les pirates russes qui continuent à se propager aux États-Unis depuis le sommet », a déclaré la porte-parole Maria Zakharova dans un communiqué. Elle a qualifié les accusations de « provocation dirigée par la Maison-Blanche » qui ne contenaient « pas un seul élément de preuve ».

Elle a noté qu’Obama ne dispose que de trois semaines à la Maison-Blanche, et semblait chercher à empoisonner les relations américano-russes pour bloquer tout changement de politique par l’administration entrante de Trump. « L’histoire est peu susceptible de pardonner son comportement selon le principe “après nous : le déluge” », a ajouté la porte-parole russe.

(Article paru d’abord en anglais le 30 décembre 2016)