Home » Nouvelles internationales » Etats-Unis

L’audition de l’ex-directeur de la CIA alimente une reprise de l’agitation contre la Russie

Par Patrick Martin
25 mai 2017

L’ancien directeur de la CIA, John Brennan, a été entendu sous serment mardi par la Commission du renseignement de la Chambre des représentants. Il a fait un long témoignage qui a déclenché une avalanche de gros titres dans la presse sur les allégations de collusion entre la campagne présidentielle de Trump et les agences de renseignement russes.

La plus grande attention a été accordée à la déclaration de Brennan selon laquelle il y avait eu une série de contacts entre les aides de Trump et les responsables russes qui ont suscité les soupçons de la CIA pendant l’été 2016.

« J’ai trouvé et je suis au courant d’informations et des renseignements qui ont révélé les contacts et les interactions entre des responsables russes et des Américains impliqués dans la campagne de Trump qui m’ont préoccupé à cause des efforts russes connus pour suborner de telles personnes », a-t-il déclaré à la Commission. « Et cela a soulevé à nouveau des questions dans mon esprit, au sujet de la possibilité que les Russes aient pu faire en sorte que ces personnes coopèrent avec eux. »

Brennan n’a voulu identifier aucune de ces personnes ni répondre à aucune question directe visant à savoir si Trump était parmi les personnes ciblées. Plus tard dans son témoignage, après avoir été considérablement harcelé par les représentants républicains, il a réitéré qu’il restait des questions sur lesquelles enquêter. Quand il a quitté ses fonctions le 20 janvier 2017, il a déclaré : « J’avais des questions non résolues quant à savoir si les Russes avaient réussi à amener les Américains, impliquées dans la campagne ou non, à travailler pour leur compte encore une fois, soit consciemment soit inconsciemment. »

Brennan n’a jamais déclaré qu’il y avait collusion entre la campagne Trump et les responsables russes, affirmant que c’était quelque chose qui devait encore être déterminée dans les enquêtes en cours du FBI et du procureur spécial nommé par le ministère de la Justice, l’ancien directeur du FBI, Robert Mueller. Mais il a fait référence à plusieurs reprises à des « contacts » entre des agents de Trump non identifiés et des agents du gouvernement russe.

« Si quelqu’un avait quitté cette audience aujourd’hui et avait déclaré que vous aviez indiqué que ces contacts étaient la preuve d’une collusion ou d’une collaboration, ils déformeraient vos déclarations, n’est-ce pas ? », A demandé le représentant Mike Turner, un républicain de l’Ohio. Brennan a concédé : « Je dirais que ce n’était pas une interprétation exacte de ma déclaration. »

Alors que les membres républicains du comité du renseignement ont cherché à défendre Trump, les membres démocrates se sont livrés à la chasse aux sorcières anti-russes qui rappelait l’apogée de Joseph McCarthy. Plusieurs représentants ont glissé des références aux agents et aux techniques de renseignement « soviétiques » ainsi que russes.

Un démocrate, Jim Himes du Connecticut, a déploré ce qu’il a appelé le refus des partisans de Trump de faire face aux faits et à leur tendance à « attaquer le messager », c’est-à-dire ceux dans les agences de renseignement qui laissent sortir dans la presse des informations contre Trump. Il a conclu : « Nous faisons précisément ce qui correspond aux plus grands espoirs de la Russie. Nous faisons quelque chose que, selon moi, les grands guerriers de la Guerre froide, que ce soit Ronald Reagan ou Harry Truman, n’auraient jamais permis. »

La chronologie esquissée par Brennan suggère en fait que la prétendue ingérence de la Russie dans la campagne de 2016 n’a pas été considérée comme une question urgente par le gouvernement d’Obama et l’appareil de renseignement américain pendant cette période, malgré les affirmations plus récentes qui disent le contraire.

Brennan a indiqué que la CIA était la première agence gouvernementale américaine à prendre conscience des prétendus efforts de la Russie pour intervenir lors de la campagne électorale en juillet 2016. C’est alors que, à la veille de la Convention nationale démocrate, la campagne de Hillary Clinton et du Parti démocrate a pour la première fois fait l’allégation selon laquelle le gouvernement russe était responsable du piratage des courriels du Comité national démocrate et de la collaboration de WikiLeaks pour les faire sortir, afin d’embarrasser Clinton et de favoriser l’élection de Trump.

Dans son témoignage mardi, Brennan a déclaré qu’il avait soulevé la question avec la Maison Blanche et que le 4 août il avait donné un avertissement à son homologue russe, Alexander Bortnikov, responsable de l’agence de renseignement russe FSB. L’avertissement est survenu à la fin d’un appel téléphonique où le sujet principal était la Syrie, et où le harcèlement russe des diplomates américains à Moscou et les actions russes en relation avec les élections américaines ne furent soulevés qu’à la fin – ce qui indique que la question n’était pas hautement prioritaire ni considérée comme un grave danger.

« Je crois que j’ai été le premier responsable américain à soulever cette question avec la Russie », a ajouté Brennan, une affirmation qui rend la chronologie encore plus bizarre. Selon le récit semi-officiel, le FBI a appris les attaques informatiques contre le Comité national du parti démocrate pendant l’été de 2015 et les attaques étaient censées être liées peu après à deux unités des renseignements militaires russes.

Si cette histoire est vraie, pourquoi Brennan est-il devenu le premier responsable américain à soulever le problème avec Moscou, un an plus tard ?

En outre, si l’appel de Brennan à Bortnikov le 4 août 2016 était l’expression d’une grande préoccupation de la part de l’administration Obama, pourquoi Obama a-t-il attendu jusqu’au 29 décembre 2016 pour prendre des mesures en représailles ? L’enchaînement des événements suggère en réalité que la Maison Blanche considérait les actions russes autour des élections américaines au moins comme un irritant mineur, comme elle s’attendait complètement à une victoire de Clinton, jusqu’à la débâcle réelle pour les démocrates le Jour de l’élection.

Fait significatif, Brennan semblait minimiser les affirmations selon lesquelles Trump avait commis une violation flagrante de la sécurité nationale en divulguant des informations classées secrètes sur une prétendue menace terroriste de l’ÉI lors d’une réunion de la Maison Blanche, plus tôt ce mois, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et l’Ambassadeur Sergey Kislyak.

Il a régulièrement partagé des informations classées sur les menaces terroristes avec son homologue russe, a déclaré Brennan, bien qu’il ait ajouté que Trump avait apparemment violé les protocoles sur la manière dont cette information devait être partagée. Mais l’ancien directeur de la CIA s’est rangé avec la Maison Blanche en condamnant des fuites sur les discussions de Trump avec les Russes comme un danger plus important pour la sécurité nationale que les discussions elles-mêmes.

Une deuxième audience mardi a amené un autre responsable du renseignement de haut niveau à Capitol Hill pour être interrogé sur les liens prétendus entre Trump et la Russie. Le directeur du renseignement national Dan Coats a refusé de répondre aux questions sur la question de savoir si Trump avait fait pression sur lui, comme l’a signalé cette semaine le Washington Post, pour qu’il nie publiquement qu’il y avait des preuves de collusion entre la campagne présidentielle de Trump et le gouvernement russe.

Comparaissant devant la Commission des services armés du Sénat, M. Coats, un ancien sénateur, a déclaré qu’il ne discuterait pas des conversations avec le président lors d’une audience publique du Sénat. Il a indiqué qu’il serait prêt à répondre à ces questions si elles venaient du procureur spécial.

(Article paru en anglais le 24 mai 2017)