Home » Nouvelles internationales » Canada

Le gouvernement canadien tente d'apaiser Trump après ses commentaires sur l’ALÉNA

Par Roger Jordan
5 mai 2017

Les commentaires nettement critiques sur les pratiques commerciales du Canada faites par le président américain Donald Trump le mois dernier ont suscité une réponse conciliatrice de la part du premier ministre Justin Trudeau, dont le gouvernement libéral fait tout ce qu’il peut pour approfondir le partenariat stratégique avec les États-Unis. Au même moment, les remarques plus sévères faites par David MacNaughton, l’ambassadeur d’Ottawa à Washington, indiquent la présence de tensions entre les deux pays sur la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Trump avait ciblé le Canada dans un discours dans l’État du Wisconsin, où il a signé un ordre exécutif réactionnaire «Acheter américain, embaucher américain». «Nous allons défendre nos agriculteurs», a dit Trump, «car au Canada, des choses très injustes sont arrivées à nos producteurs laitiers… C’est un autre accord unilatéral typique contre les États-Unis. Et cela ne durera pas longtemps.»

Le déclencheur immédiat des commentaires de Trump a été les critiques de fermiers américains envers une nouvelle loi protectionniste adoptée au Canada qui encourage les entreprises à acheter du lait ultra filtré, un concentré utilisé dans le yogourt et le fromage, des producteurs canadiens. Les organisations des fermiers américains ont également demandé l’abolition du système de gestion de l’approvisionnement du Canada, qui restreint les niveaux de production par agriculteur et l’accès au marché afin de garantir les prix.

Mais Trump a lié le problème laitier aux questions plus larges de la renégociation de l’ALÉNA, déclarant que «l’ALÉNA, que ce soit le Mexique ou le Canada, est un désastre pour notre pays». Soutenant que ce problème existe également dans le secteur du bois d’œuvre et de l’énergie, Trump ensuite averti que «Nous ne pouvons pas laisser le Canada où n’importe qui d’autre profiter et faire ce qu’ils font à nos travailleurs et à nos agriculteurs.»

Il a fait ces commentaires pendant qu'il signait un ordre exécutif exigeant une investigation dans les importations d’acier aux États-Unis. Bien que ceci vise principalement les importations chinoises, les entreprises canadiennes craignent également d’être touchées.

Ceci semble marquer un durcissement de la position de Trump, qui avait été de concentrer le tir sur le Mexique pendant qu’il décrivait les changements recherchés dans les relations commerciales avec le Canada comme de simples «ajustements».

Trudeau a répondu dans une interview avec Bloomberg en soulignant que son gouvernement cherchait à négocier un nouvel accord avec Washington pour sécuriser l’accès privilégié dont bénéficient les grandes entreprises canadiennes sur le marché américain, qui est la destination des trois quarts des exportations du pays. «Nous n’allons pas réagir de façon excessive», a dit Trudeau lorsqu’on les demandes de Trumps pour des changements de l’ALÉNA ont été soulevées. «Nous allons avoir des conversations substantielles sur la façon d'améliorer la situation.»

Trudeau a ajouté sur Trump: «En tant que politiciens, nous sommes formés pour dire quelque chose et d'y adhérer. Comme il l’a démontré, s’il dit une chose et qu’après entend de bons contre-arguments ou de bonnes raisons pourquoi il devrait changer sa position, il va adopter une position différente si elle est meilleure, si les arguments le gagnent.»

Trudeau faisait indéniablement allusion à l’accueil de Trump pour une approche hostile envers la Russie, surtout dans la foulée de sa frappe de missiles en Syrie, suivant une campagne virulente antirusse de plusieurs mois menée par les démocrates, l’establishment militaire et de renseignement et les médias corporatifs aux États-Unis. Le gouvernement Trudeau n’a pas caché le fait qu’il appuie d’emblée un maintien du durcissement de la position envers Moscou commencé sous l’administration Obama.

L’élite dirigeante canadienne a consacré des ressources considérables pour assurer le maintien et l’approfondissement du partenariat économique et stratégique du Canada avec son voisin du sud. Reflétant le caractère bipartite des pressions exercées par le gouvernement, Trudeau a appelé l’ancien premier ministre conservateur progressiste Brian Mulroney, qui connait personnellement Trump, pour agir comme conseiller sur la façon d'agir avec la nouvelle administration. En mars, Mulroney a même assisté à une réunion de cabinet du gouvernement.

Des milliards en profits sont en jeu. Le secteur canadien de l’automobile et des pièces automobiles, en particulier, dépend des échanges transfrontaliers de pièces et de composantes dans le processus de production, et 99 pour cent des exportations pétrolières canadiennes sont dirigées au sud de la frontière.

L’élite patronale canadienne a largement accueilli Trump, voyant son programme de droite de déréglementations et de baisses d'impôt comme une manière de stimuler les profits. Les PDG du secteur des services interrogés par le site web financier BNN dans son sondage des cadres supérieurs canadiens a récemment cité le plan de Trump et ses baisses d'impôt aux particuliers et aux entreprises, l’élimination de réglementations pour les entreprises et la position propatronale de Trump comme la principale raison d'être optimiste.

Avec sa critique de la gestion de l'offre, Trump prêche à des convertis. Des sections importantes de l’élite dirigeante canadienne favorisent l’abolition ou au moins l’assouplissement du système de gestion de l'offre. Des appels ont été faits à Ottawa pour utiliser la gestion de l'offre comme un élément de marchandage dans les négociations sur l’ALÉNA.

La dépendance économique importante de l’impérialisme canadien sur un partenariat étroit avec les États-Unis a vu le Canada participer essentiellement dans toutes les guerres d’agression menées par les États-Unis depuis le dernier quart de siècle, du bombardement de la Yougoslavie, à l’invasion de l’Afghanistan, en passant par la guerre aérienne contre la Libye et la guerre actuelle au Moyen-Orient en Syrie et en Irak. Les Forces armées canadiennes sont des alliés clés dans le renforcement militaire des États-Unis contre la Russie en Europe de l’Est et dans les pays baltes.

Néanmoins, les derniers commentaires de Trump ont soulevé de nouvelles inquiétudes parmi les représentants canadiens. L’avocat sur le commerce international Lawrence Herman a averti que des négociations agressives de l’ALÉNA toucheraient probablement une large variété des secteurs économiques. Les entreprises craignent également que les dispositions du plan «Acheter américain» puissent empêcher les firmes canadiennes de soumissionner sur divers projets aux États-Unis qui sont accessibles sous l’ALÉNA.

MacNaughton, dans une lettre adressée aux gouverneurs des États de New York et du Wisconsin, a répliqué aux critiques de Trump sur l’industrie laitière canadienne en déclarant: «Les faits ne confirment pas cela.» Il a ajouté que le Canada n’était pas responsable des problèmes de l'industrie laitière aux États-Unis.

Bien que le gouvernement libéral préférait en arriver à une entente avec Washington, il a déjà indiqué qu'il était prêt à adopter ses propres mesures protectionnistes en riposte aux politiques imposées par les États-Unis. Un mémorandum gouvernemental obtenu par le National Post en mars a démontré que les libéraux envisageaient de bannir le fer provenant des États-Unis. Herman, commentant dans le Post, a déclaré que le Canada devrait répondre «aussi agressivement que possible» .

En cherchant à éviter un tel résultat, le gouvernement libéral fédéral a l'appui des gouvernements provinciaux, incluant celui du Nouveau Parti démocratique (NPD) albertain mené par Rachel Notley. Bien que le NPD fédéral se présente hypocritement comme un critique du refus de Trudeau de contester Trump même sur ses politiques les plus controversées et réactionnaires, Notley est devenue la première dirigeante provinciale à se rendre à Washington fin février. Elle a reçu l'éloge des médias de droite pour son rôle dans le développement des liens commerciaux avec la nouvelle administration comme faisant partie d'«équipe Canada».

Le vœu de Notley a été exaucé le 24 mars lorsque Trump a approuvé la construction de l'oléoduc Keystone XL, qui permettra aux sociétés canadiennes de transporter leur pétrole des sables bitumineux jusqu'au golfe du Mexique.

Les syndicats, des deux côtés de la frontière, collaborent étroitement avec les gouvernements canadiens et américains pour imposer l’exploitation intensifiée des travailleurs et pour encourager les divisions nationalistes attisées par les mesures commerciales protectionnistes. Leo Gerard, le dirigeant du syndicat des Métallos, qui a des membres aux États-Unis et au Canada, était l’un des invités de Trump le 20 avril dernier où il a signé l’ordre visant les producteurs d’acier étrangers. Ceci est en continuité avec l’enthousiasme de la bureaucratie syndicale pour les mesures protectionnistes de droite de Trump de «l’Amérique d'abord», qui entraineront un autre assaut contre les salaires et les conditions des travailleurs pour rendre les sociétés américaines plus concurrentielles.

Au Canada, les syndicats collaborent étroitement avec le gouvernement pour soutenir les profits du patronat. Après avoir imposé des contrats de réductions salariales aux trois usines automobiles à Detroit l’année dernière, les représentants d’Unifor, incluant le président Jerry Dias, se sont joints en mars à Trudeau et à la première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne, aux installations de Ford à Windsor, pour annoncer des subventions gouvernementales de plus de 200 millions $ au constructeur géant, qui a amassé quelque 10 milliards $ en profits l’année dernière.

Au même moment, Unifor et d’autres syndicats cherchent à attiser le sentiment nationaliste parmi les travailleurs afin de les garder divisés de leurs collègues ouvriers aux États-Unis et au Mexique. Dias a accueilli la mesure de Trump de rouvrir l’ALÉNA, soutenant que cela pourrait renforcer les intérêts du Canada et ramener au pays les emplois qui ont été perdus au Mexique.

(Article paru en anglais le 22 avril 2017)