Home » Nouvelles internationales » Etats-Unis

Un crime social: Huit personnes âgées meurent après huit jours sans air conditionné dans une maison de retraite en Floride

Par Niles Niemuth
18 septembre 2017

La mort de huit résidents d’une maison de retraite à Hollywood en Floride au nord de Miami, après avoir souffert pendant plusieurs jours d’une chaleur insupportable sans air conditionné après l’ouragan Irma, n’est pas qu'une horrible tragédie, mais un crime social.

La température dans le sud-ouest de la Floride de mardi a mercredi a atteint 32 degrés Celsius, ce qui était insupportable pour beaucoup des résidents du Centre de réhabilitation Hollywood Hills. Une personne qui visitait sa mère à la résidence mardi après-midi a dit «qu’on aurait dit qu'il faisait 110 degrés» (43 degrés Celsius). Les employés ont appelé la police mercredi matin après que certains résidents se soient réveillés malades, et qu’au moins une personne avait été retrouvée inconsciente.

Quatre résidents sont morts dans la résidence, et quatre autres après avoir été envoyés à l’hôpital. Au moins 115 résidents ont été évacués par les pompiers d'Hollywood.

Le réparateur Dave Long a dit aux nouvelles locales télévisées qu’il se battait depuis lundi avec la compagnie d’électricité Florida Power and Light (FPL) pour qu’ils envoient quelqu’un réparer un fusible de l’unité d’air conditionné qui avait sauté pendant la tempête. «On ne peut rien faire», a dit Long. «Nous avons appelé et appelé. … Ça semble n’aller nulle part et je ne peux rien faire jusqu’à ce que nous remplacions le fusible.»

Une autre femme citée anonymement aux nouvelles locales disait qu’elle avait appelé FPL au nom de sa mère qui habitait dans la résidence et demandait depuis lundi quand l’air conditionné serait réactivé. «Je n’ai cessé d’appeler», a-t-elle rapporté. «Et j’ai dit: “des personnes risquent de perdre la vie”.»

Les résidents ont été livrés à eux-mêmes dans la chaleur et l’humidité suffocantes alors même que l'hôpital voisin, Memorial Regional Hospital, maintenait des génératrices d’électricité pendant la tempête et après. Bien que la résidence avait une génératrice, elle n'a été utilisée que pour cuisiner.

Le porte-parole de FPL Rob Gould a tenté de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre, affirmant lors d’une conférence de presse mercredi que la maison de retraite n’avait pas été identifiée avant la saison d’ouragan comme étant prioritaire par les représentants de Broward County, où est situé Hollywood.

«Ils ont identifié quels endroits étaient importants pour les infrastructures, et elle n’en faisait pas partie», a dit Gould.

La Centre de réhabilitation à Hollywood Hills, qui est affilié au Larkin Community Hospital, avait été inspecté et avait obtenu une mention «bien en dessous de la moyenne» de l’Agence pour la santé et l’administration de Floride après un compte rendu du mois de mars qui identifiait de mauvaises conditions sanitaires et de la nourriture de mauvaise qualité.

Au-delà de la responsabilité immédiate du FPL et des autorités locales, les décès de la maison de retraite à Hollywood sont une conséquence des niveaux criminels de négligence de la part de la classe dirigeante qui ont été révélés dans leur réponse aux ouragans Harvey et Irma. Dans les deux cas, aucune mesure systématique n’a été prise pour faciliter les évacuations, particulièrement des aînés et infirmes incapables de conduire. Les autorités de Floride n’avaient manifestement rien organisé pour assurer que ses citoyens les plus vulnérables soient en sécurité après la tempête.

D’autre part, l’immense panne d’électricité est le produit de décennies de négligence de l’infrastructure de base. Près de 10 millions de personnes, ou presque la moitié de la population de la Floride, demeurent sans électricité, qui pourrait ne pas être rétablie pendant des semaines dans certaines régions. Très peu a été fait pour installer des lignes électriques souterraines et solidifier celles suspendues afin de protéger le réseau électrique du vent et de la chute d'arbres. Ceci est un privilège réservé aux plus riches voisinages.

Il y a un risque que les décès à Hollywood se répètent. L’association de la santé de la Floride rapportait qu’un quart de toutes les maisons de retraite ayant un permis dans l’État n’avaient pas d’électricité mardi et dépendaient de génératrices pour l’électricité.

Les personnes âgées et infirmes et ceux qui se rétablissent d’opérations sont les plus à risque de contracter des maladies ou de mourir suite à des tempêtes majeures. Ceux qui sont dans des résidences sont particulièrement à risque parce qu’ils peuvent dépendre d’oxygène, de ventilateurs, et de réfrigération des médicaments pour survivre. Il y a près de 73.000 résidents de maisons de retraite à travers l’État, et il y a environ 3,6 millions de citoyens en Floride, dont beaucoup vivent seuls ou avec une forme d’assistance.

Plus de la moitié de Century Village, une grande communauté de retraités à Pembroke Pines en Floride à l’ouest d'Hollywood, demeurait toujours sans électricité mercredi en plus de subir un avis d'ébullition de l'eau. Sans ascenseurs fonctionnels, les personnes confinées aux fauteuils roulants étaient coincées dans leurs appartements à l’étage sans ventilation, alors que les températures de la journée atteignaient 34,5 Celsius.

Jusqu’à maintenant, il y a eu 36 décès aux États-Unis liés à Irma et 43 autres dans les Caraïbes. Plusieurs décès aux États-Unis ont été attribués à l’empoisonnement au monoxyde de carbone provenant de génératrices utilisées dans des maisons ou des garages, de peur qu’ils soient volés sans surveillance à l’extérieur. Une fille de sept ans à Lakeland à l’est de Tampa est décédée par inhalation de monoxyde de carbone mercredi. Dans Orange County, trois membres d’une famille sont morts et quatre autres sont tombés malades après avoir utilisé une génératrice à l’intérieur de leur maison.

Tandis que le bilan des décès continue à s'alourdir après le passage des ouragans Irma et Harvey, les médias capitalistes ont louangé la réponse du gouvernement, couvrant l’administration Trump et la négligence criminelle qui ont abandonné des millions sans électricité et à la merci de la chaleur suffocante.

Le New York Times proclamait mardi: «Dans le Chaos des tempêtes, les États-Unis démontrent qu’ils ont une réponse améliorée». L’article attribuait le taux de mortalité «étonnamment limité» aux leçons supposément apprises après le 11-Septembre et l’ouragan Katrina, incluant la création et la croissance massive du département de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security).

Le Washington Post proclamait que l’administration Trump avait mérité de «prudentes félicitations» pour sa réaction aux ouragans Harvey et Irma.

La tentative d’excuser la réponse gouvernementale aux ouragans est liée aux inquiétudes que la dévastation causée par les tempêtes puisse alimenter la colère sociale. De plus, autant les démocrates que les républicains sont impatients de passer à d’autres priorités.

Le dirigeant de la minorité du Sénat Charles Schumer et la dirigeante de la minorité de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, tous deux démocrates, ont souper avec Trump mercredi soir à la Maison-Blanche, où ils ont discuté des possibilités d’étendre leur alliance politique sur la politique intérieure. Le but principal dans une entente entre démocrates et Trump serait d’imposer des baisses d’impôt majeures pour les entreprises, ce que le gouvernement Trump a défini comme étant sa priorité de politique intérieure.

(Article paru en anglais le 14 septembre 2017)