wsws.org/francais

Visitez le site anglais du WSWS

SUR LE SITE :

Contribuez au WSWS

Nouvelles et Analyses
Luttes Ouvrières
Histoire et Culture
Correspondance
L'héritage que nous défendons

A propos du CIQI
A propos du WSWS

AUTRES LANGUES

Allemand

Français
Anglais
Espagnol
Italien

Indonésien
Russe
Turque
Tamoul

Singalais
Serbo-Croate

 

WSWS : Nouvelles et analyses : Europe

L’assassinat du journaliste turc Hrant Dink placé dans son contexte

Par Sinan Ikinci
29 janvier 2007

Imprimez cet article | Ecrivez l'auteur

Le 19 janvier Hrant Dink, le célèbre journaliste turc d’origine arménienne, a été tué en plein jour dans les rues d’Istanbul par un assassin de droite. Le meurtre de Dink est la conséquence tragique d’une vague de nationalisme et de chauvinisme dont l’armée turque est le fer de lance, qui est soutenue par ses « partisans civils » et qui terrorise le pays depuis quelques années.

Dink a été abattu à Istanbul devant les bureaux d’Agos, l’hebdomadaire bilingue turc- arménien qu’il dirigeait. Il a été atteint à la tête et dans le cou par trois balles qui auraient été tirées par l’assassin présumé Ögün Samast, jeune chômeur de 17 ans ayant des liens avec des organisations fascistes et originaire de la ville de Trabzon, au nord-est.

Dink qui est décédé à l’âge de 51 ans, laissant derrière lui une femme, deux filles et un fils, était l’adversaire le plus courageux et franc de la politique nationaliste officielle turque consistant à nier le génocide arménien qui s’était produit en 1915 vers la fin de l’Empire ottoman. Dink prônait aussi en même temps très clairement le respect mutuel entre la population majoritaire turque et la minorité arménienne.

Sa position a fait de lui un personnage détesté des nationalistes turcs de « gauche » comme de droite. Quant aux hommes d’affaires arméniens et aux dirigeants de l’église arménienne en Turquie, ils avaient tendance à le considérer comme un fauteur de troubles. Dink était aussi en désaccord avec les nationalistes arméniens qu’il accusait de ne pas réellement s’intéresser aux droits des Arméniens, mais d’utiliser plutôt le génocide pour poursuivre une politique identitaire nationaliste. Il défendait une position de principe contre les manœuvres impérialistes visant à aggraver les relations entre Turcs et Arméniens.

Lorsque l’Assemblée nationale française avait organisé une provocation réactionnaire, avec le soutien actif du Parti communiste stalinien, et voté une loi pénalisant la négation du génocide arménien, Dink avait fait le commentaire suivant, « Comment pourrons-nous à l’avenir argumenter contre des lois qui nous interdisent de parler de génocide si la France de son côté se met à présent à faire la même chose ? C’est complètement irrationnel. » Il avait même menacé d’aller en France et de nier l’existence du génocide, ce qui est contraire à ses propres idées, pour défier cette nouvelle loi.

Dink avait plusieurs fois fait l’objet de poursuites au titre de l’article 301 du Code pénal turc, article qui criminalise l’insulte envers l’Etat, envers Mustafa Kemal Atatürk (le premier président de la République turque), envers le pouvoir judiciaire, l’armée et « l’identité nationale turque ». En 2005, il avait été condamné à une peine de prison de six mois pour « insulte à l’identité nationale turque ». Ce jugement avait par la suite été suspendu. En septembre 2006, il avait été confronté à un nouveau procès au titre de l’article 301.

Dink avait répondu à l’accusation « d’insulte à l’identité nationale turque » par ces mots : « A mon avis, dénigrer les personnes avec lesquelles on vit pour des raisons ethniques ou religieuses relève du racisme pur et ne peut être excusé… Si je ne suis pas acquitté de ces accusations, je vais quitter mon pays parce que toute personne condamnée pour un tel délit ne mérite pas d’avoir le droit de vivre avec les gens qu’il tourne en ridicule. » Sur la base de cette déclaration, il avait, à nouveau, été poursuivi, cette fois pour avoir « tenté d’influencer l’opinion publique ».

Dink était considéré comme un traître minant l’Etat turc, par les fascistes et par toutes sortes de tendances d’extrême-droite ainsi que par toutes les variantes du kémalisme (de droite comme de « gauche ») et divers autres cercles conservateurs. Après son premier procès, Dink avait reçu de nombreuses menaces de mort et lors des audiences, il avait été intimidé et attaqué par des fascistes, ainsi que par des membres du Parti des travailleurs kémaliste maoïste (Isci Partisi), devant la salle d’audience et même parfois à l’intérieur.

Tous les principaux partis politiques et médias en Turquie ont contribué à cette campagne chauvine contre Hrant Dink, le qualifiant d’ennemi des Turcs et le désignant comme cible. Le célèbre journaliste Mehmet Ali Birand a écrit, « C’est nous les vrais assassins de Hrant. Nous avons élevé nos assassins dans un climat et une mentalité crées par l’article 301 »

Sa mort a aussi démontré que bien qu’il ait alerté les autorités turques sur les menaces de mort qui pesaient sur lui, ses demandes de protection n’ont jamais été prises au sérieux.

Dans son dernier article publié dans Agos le 19 janvier, Dink expliquait qu’on le « torturait psychologiquement » et écrivait, « Les fascistes m’ont attaqué physiquement dans les couloirs de la salle d’audience et m’ont lancé des injures racistes… Ils m’ont bombardé d’insultes. Des centaines de menaces me parviennent depuis des mois par coups de fil anonymes, par courriels et par courrier – et ils sont chaque fois plus nombreux. »

Il poursuivait, « Ceux qui ont essayé de me montrer du doigt et de m’affaiblir ont réussi. Avec des informations fausses qu’ils ont fait suinter dans la société, ils ont réussi à influencer une section non négligeable de la population qui considère Hrant Dink comme quelqu’un qui “insulte l’identité nationale turque”…  A quel point ces menaces sont-elles réelles ? Pour tout dire, il m’est impossible de le savoir vraiment. »

En fait, les menaces étaient bien réelles et il a été assassiné, apparemment par un jeune fasciste, avant même que l’encre n’ait séché sur son article.

L’article 301

Hrant Dink n’était pas l’unique cible de cette escalade de violence et d’oppression chauvines. Ces dernières années, plus de 100 écrivains, artistes, journalistes, traducteurs, éditeurs, etc. se sont vus infliger des procès pour ce qu’ils avaient dit, écrit ou créé. Tous ces procès concernaient des commentaires sur le génocide arménien, le conflit kurde ou la domination de la société turque par l’armée.

Les actes d’accusation de ces nombreux procès émanent principalement d’un groupe d’avocats d’extrême-droite (portant le nom d’Unité des juristes et dirigé par Kemal Kerincsiz) entretenant des liens étroits avec le mouvement fasciste turc « Les loups gris ». Il n’a pas été très difficile de persuader les procureurs d’accepter de tels procès dans une situation où le pouvoir judiciaire turc est dominé par des gens de droite, des islamistes et des ultranationalistes.

Comme Dink, nombreux parmi ceux qui ont été condamnés ont été systématiquement harcelés et exposés à des intimidations verbales et physiques émanant de ces mêmes cercles.

Des procès d’intellectuels connus, tels le lauréat du prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk, ou le célèbre auteur et journaliste Elif Safak, ont été plus ou moins couverts par les médias bourgeois dominants, mais il y a bien plus de procès moins connus qui passent inaperçus.

L’article 301 a été introduit le 1er juin 2005 en remplacement de l’article 159 de l’ancien Code pénal, avec introduction d’une amnistie pour les délits passés. Le nouveau paragraphe avait soi-disant pour objectif de garantir une plus grande liberté d’opinion et faisait partie des réformes adoptées par l’Etat turc comme préalable en vue de l’entrée future du pays dans l’Union européenne. En fait, il est vite clairement apparu que les pratiques répressives antérieures ne faisaient que se poursuivre sous ce nouveau statut.

L’Union européenne (UE) a émis quelques critiques de cet article 301, mais uniquement lors de procès très en vue. De plus, les politiciens et médias européens conservateurs utilisent la question des violations des droits de l’Homme pour mobiliser le ressentiment contre la Turquie et ses efforts pour entrer dans l’UE. Le gouvernement des Etats-Unis a gardé le silence sur les procès concernant l’article 301.

Le gouvernement islamiste modéré AKP (Parti de la justice et du développement) a pris une position hésitante, disant qu’il pourrait envisager d’amender l’article si l’application de ce dernier rendait une telle mesure nécessaire. Cependant, le gouvernement se garde bien de prendre des mesures concrètes du fait du danger sérieux d’une offensive de l’armée et de ses partisans « civils », qui cherchent des excuses pour défier le gouvernement au motif que l’AKP est en train de miner l’unité nationale.

L’année dernière, le ministre de la Justice Cemil Cicek a exprimé les inquiétudes de l’AKP en ces termes : « Si l’article 301 est supprimé, alors nous devrons faire face à un débat de régime. Il y a des propositions pour retirer de la loi la notion “d’identité nationale turque”. Mais certaines personnes ne nous demanderaient-elles pas alors si nous avons honte d’être Turcs ?»

Deniz Baykal, dirigeant du parti laïc de « gauche » Parti républicain du peuple (CHP), groupe d’opposition le plus important au parlement turc, se faisant le porte-parole de l’armée contre le gouvernement AKP, a joué un rôle méprisable et s’est montré ouvertement hostile aux changements de l’article 301 : « On nous demande presque de nous excuser parce que nous sommes Turcs. Nous ne nous excuserons pas, nous en sommes fiers. » Actuellement, les dirigeants du CHP essaient de prouver qu’il n’existe aucun lien entre l’assassinat de Dink et l’article 301.

Le Parti de la mère patrie (ANAVATAN), conservateur, le Parti de la juste voie (DYP) et cela va sans dire le Parti d’action nationale (MHP), fasciste, sont opposés à la révision de l’article 301. Il y a de cela juste quelques mois, le député ANAVATAN d’Erzurum Ibrahim Ozdogan a déclaré avec cynisme qu’insulter « l’identité nationale turque » était devenue la voie conduisant au succès pour certains. Il a déclaré que c’était ce qui avait permis aux romanciers Pamuk et Safak et au journaliste Dink d’être reconnus. Il a dit que c’était l’unique raison pour laquelle Dink avait reçu un prix au Danemark. « A chaque fois que quelqu’un insulte l’identité nationale turque, le monde entier se précipite pour lui donner un prix. »

Le chroniqueur Dogu Ergil a écrit : « La goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été un éditorial d’Agos daté du 6 février 2004. D’après cet éditorial, la célèbre fille adoptive (ou filleule) de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur et héros de la Turquie, Sabiha Gokcen, était d’origine arménienne. En effet, Hrant avait trouvé et interviewé la famille de feu Gokcen qui vit aujourd’hui en Arménie. D’après les informations obtenues, elle avait été tirée d’un orphelinat arménien et élevée par Atatürk pour devenir pilote de bombardier accomplie dans l’armée. C’était une icône nationale et symbole de la femme turque moderne, en plus d’être la fille d’Atatürk. »

La nouvelle avait secoué la Turquie officielle. Les protestations les plus virulentes provenaient des militaires. La déclaration de presse émanant du bureau du chef de l’état major déclarait : « Quelle qu’en soit la raison, ouvrir au débat public un tel symbole est un crime contre l’unité nationale et la paix sociale. »

Il est évident que l’éditorial d’Agos cherchait à montrer que des Arméniens pouvaient être les meilleurs et les plus loyaux défenseurs de l’Etat turc. Mais d’après le haut commandement militaire turc, la simple suggestion qu’une icône nationale ait pu être d’origine arménienne représentait une insulte de proportion criminelle, frôlant la trahison.

On ne peut exclure le fait que des sections de l’armée sont directement impliquées dans la mort de Dink. Son avocat Erdal Dogan a déclaré que le journaliste avait reçu des menaces de mort d’un général de brigade à la retraite, Veli Kücük. Kücük était un des principaux personnages de « l’affaire Susurluk » de 1996 qui avait révélé les liens étroits existant entre les forces de sécurité, les gangs mafieux et des escadrons de la mort fascistes. Son nom a été mentionné plus récemment en rapport avec l’assassinat du principal juge du tribunal administratif l’an dernier. On avait appris que Kücük connaissait l’auteur du crime, l’avocat Alparslan Aslan, qui avait des liens avec le même milieu de groupes mafieux et fascistes de Trabzon que le tueur présumé de Dink, Ögün Samast.

Vague de répression

Pendant cette vague de chauvinisme en cours, plus de 20 assassinats ou tentatives d’assassinat de gauchistes et de nationalistes kurdes se sont produits dans diverses régions de Turquie ces deux dernières années. A chaque fois, les auteurs n’ont pas été punis du fait de la clémence des gouverneurs, des chefs de police et autres administrateurs locaux. Ainsi le 2 novembre 2005, des membres de l’association de gauche, Association d’entraide avec les familles de détenus (TAYAD) avaient été bombardés de pierres à Rize.

La réponse du gouverneur local Enver Salihoglu avait été d’excuser les auteurs de ce crime. « Les citoyens avaient été provoqués », avait-il déclaré. Le député Abdulkadir Kart avait dit que les citoyens de la région avaient reçu une leçon nécessaire. Le maire Halil Bakirci avait déclaré, « les membres de TAYAD ont essayé de dérouler des banderoles. Si j’avais su que c’était eux, j’y serais allé et je les aurais moi-même frappés. »  

En avril 2005, le journaliste Birand avait exprimé son inquiétude devant la recrudescence des tentatives de persécution et d’assassinats : «Des incidents sous l’apparence du nationalisme se produisent sous nos yeux mêmes, avec des groupes de lyncheurs qui rôdent dans les rues, mais les autorités perdent du temps à dire des choses comme “s’il vous plaît, n’intervenez pas. Laissez les choses se calmer, les gens sont très en colère.” Il semble que la force brutale utilisée pour essayer de réduire au silence toutes les autres opinions est bien protégée. »

Il avait exprimé sa désillusion à l’égard de la classe politique, « comme le gouvernement continue de se taire, l’opposition ne dit rien. Cela nous semblait naturel d’attendre du Parti républicain du peuple (CHP) qu’il monte au créneau et défende la liberté d’expression. »

Réponse officielle

Après l’assassinat de Dink, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a tenu une conférence de presse et déclaré, « les balles qui visaient Dink ont atteint la Turquie ». Son commentaire s’est seulement fait l’écho de la réponse hypocrite générale des principaux partis bourgeois face au meurtre de Hrant Dink. Dans les faits, les balles qui ont tué Dink visaient un journaliste turc d’origine arménienne qui défiait ouvertement la version officielle d’Ankara sur le génocide arménien.

Si on lit entre les lignes, le sens réel de la déclaration d’Erdogan peut se résumer ainsi : « Ce meurtre nous met dans une situation difficile. Notre politique consistait à rendre la vie difficile pour Dink et d’autres comme lui, afin d’intimider la population toute entière. Sa mort est cependant une manœuvre stupide qui ne sert pas nos intérêts. »

La vague de nationalisme et de chauvinisme en Turquie est la réponse de cercles politiques spécifiques de l’establishment, en particulier aux implications de la guerre en Irak. Suite à la guerre désastreuse conduite par les Etats-Unis et à l’occupation du pays, l’Irak est sur le point de se désagréger et l’élite turque est extrêmement inquiète des conséquences possibles d’un tel développement. Une indépendance plus grande de la région kurde au nord de l’Irak, accompagnée de revenus des réserves de pétrole qui tomberaient dans les mains kurdes ont intensifié les craintes des milieux nationalistes d’une résurgence du nationalisme kurde à l’intérieur même de la Turquie.

La réaction hystérique de l’establishment à toute question concernant le nationalisme turc, y compris le mythe officiel entourant les « évènements » de 1915, qui prétend qu’un soulèvement séparatiste violent et traître des Arméniens avait dû être écrasé, provient du fait que sous le capitalisme, l’unité de l’Etat turc est incompatible avec les droits démocratiques basiques.

L’évaluation faite par le sous-secrétaire de l’Organisation nationale du renseignement (MIT) Emre Taner au quatre-vingtième anniversaire de l’organisation met l’accent sur ces inquiétudes. Dans sa déclaration Tanner dit, « Dans cette période nous allons voir le processus par lequel de nombreuses nations perdent le marathon de l’histoire. » Il a poursuivi : « Toutes les valeurs, structures, relations, systèmes et ordre social, qu’ils soient socioéconomiques ou politiques, religieux ou moraux, sont en train d’être remodelés et redéfinis. Ce processus est représentatif de la période actuelle où de nouveaux acteurs clés, des acteurs secondaires et les règles du système international sont redéfinis, voire même renaissent. » Taner a ensuite fortement encouragé le gouvernement à prendre une position beaucoup plus agressive.

Le fait que Yasar Büyükanit, l’homme impliqué dans « l’affaire Semdinli » il y a de cela juste deux ans (au cours de laquelle des forces armées avaient commis des attentats terroristes dans le sud-est de la Turquie et dont la responsabilité fut ensuite rejetée sur le PKK – Parti des travailleurs kurdes), est à présent chef des armées, montre qu’une faction influente de l’appareil d’Etat est prête à prendre une telle position agressive. Edogan, qui est venu au pouvoir prônant une libéralisation politique dans la ligne des réformes de l’UE pour briser le pouvoir des vieilles élites kémalistes, s’adapte de plus en plus à cette faction droitière.  L’hostilité maintenant grandissante à l’égard de l’entrée de la Turquie dans l’UE a aussi servi à renforcer la main des nationalistes turcs.

(Article original anglais paru le 27 janvier 2007)


Untitled Document

Haut

Le WSWS accueille vos commentaires


Copyright 1998 - 2012
World Socialist Web Site
Tous droits réservés